L’Etat veut doper les économies dans ses bâtiments

EnergieUn crédit de 31 millions va être demandé pour engager un vaste programme de réduction de la facture énergétique.

Le conseiller d’Etat Serge Dal Busco, ministre de tutelle de l’Office des bâtiments (OBA.

Le conseiller d’Etat Serge Dal Busco, ministre de tutelle de l’Office des bâtiments (OBA. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’Etat, à Genève, possède 1700 bâtiments pour un total de deux millions de m2. Pour chauffer et éclairer toutes ces surfaces, il dépense chaque année 30 millions de francs. Autant dire que les économies d’énergie lui permettent de réaliser de substantielles économies. Raison pour laquelle il va réclamer un crédit d’investissement de 31 millions de francs (dont la moitié de subventions) pour améliorer l’efficacité de ses bâtiments.

«Le potentiel d’économies est considérable», relève le conseiller d’Etat Serge Dal Busco, ministre de tutelle de l’Office des bâtiments (OBA). Elles sont importantes pour l’environnement, mais aussi pour nos finances.»

Ce programme est une deuxième étape. Depuis 2005, une dizaine de millions ont déjà été investis. Avec des résultats probants. L’Etat a pu stabiliser sa facture alors que le nombre de bâtiments a augmenté de 10% et que les coûts énergétiques ont augmenté.

Les différentes consommations ont été fortement réduites. Baisse de 10% pour l’électricité, de 14% pour l’énergie thermique et de 35% pour l’eau. En parallèle, les énergies propres ont progressé. L’énergie thermique renouvelable procure désormais 9% des besoins. Le photovoltaïque 4%.

Résultats à Nicolas-Bouvier

L’OBA s’est d’abord attaqué aux gros consommateurs. Il l’a montré hier avec l’Ecole de commerce Nicolas-Bouvier à Saint-Jean. Il a d’abord privilégié des mesures simples, comme ne pas éclairer les espaces bénéficiant de la lumière naturelle, réparer les chasses d’eau, ou stopper la ventilation dans les aulas quand ils sont inoccupés. Certaines installations techniques ont aussi été mieux réglées. Résultat: baisse de 43% de la consommation pour le chauffage, de 63% de l’électricité et de 35% de l’eau. La facture totale pour l’école est ainsi passée de 240 000 à 180 000 francs par année.

Ce programme nécessite d’établir des priorités afin d’obtenir les meilleurs résultats. Ainsi, le CMU (centre médical universitaire) consomme en électricité l’équivalent de 60 cycles d’orientation! De quoi y traquer de gros gisements.

Moins de CO2

Les efforts passés ont permis d’économiser 3 francs pour 1 franc investi. Le programme à venir n’aura pas le même rendement, puisque le plus «facile» a déjà été fait. L’Etat espère toutefois épargner plus de 40 millions. Pour 2027, il espère réduire les émissions de CO2 de 25%, la consommation thermique de 28% et celle d’électricité de 17%. (TDG)

Créé: 27.09.2016, 17h59

Articles en relation

Genève commence à réduire sa consommation d’électricité

Energie Depuis cinq ans, le canton réduit sa demande, grâce aux entreprises. Mais la société à 2000 watts est encore très loin. Plus...

Les bâtiments énergivores dénoncés en quelques clics

Innovation Une plate-forme Internet délivre le bilan énergétique d’un bâtiment en entrant son adresse postale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Référendum sur l'avortement en Irlande
Plus...