Passer au contenu principal

L’Etat versera plus de trois millions à Dominique Ducret

L’arrêt est cette fois définitif. Le procureur renonce à faire recours. Epilogue d’une affaire qui a marqué Genève.

Dominique Ducret entouré de ses avocats, Mes Robert Assaël et Jean-François Marti, devant le Palais de justice en 2010.
Dominique Ducret entouré de ses avocats, Mes Robert Assaël et Jean-François Marti, devant le Palais de justice en 2010.
Laurent Guiraud

L’arrêt de la Chambre pénale d’appel et de révision est définitif. Le procureur Jean-Bernard Schmid a décidé de ne pas faire recours. Dominique Ducret, ex-président de la Banque Cantonale de Genève (BCGe), recevra donc plus de 3 millions de francs pour ses frais de défense, a appris la Tribune de Genève. Un peu plus si l’on y ajoute le tort moral auquel, selon la justice, il a droit en raison de cette longue procédure au bout de laquelle il a été acquitté en juillet 2011 d’abord, puis en février 2012 des chefs de gestion déloyale et de faux dans les titres.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.