L’Etat lance une campagne contre le travail au noir

EmploiDans le sillon de l'opération Papyrus, les autorités invitent les employeurs à se régulariser. L'économie domestique dans le viseur.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Régularisation C’est en quelque sorte le deuxième volet de Papyrus, l’opération de régularisation de travailleurs sans papiers. Comme annoncé, la campagne lancée en février visant à permettre la normalisation d’employés étrangers en situation illégale (pour une majorité dans l’économie domestique) s’accompagne de mesures d’assainissement du marché du travail. Outre les contrôles accrus, l’Etat a initié lundi sa campagne contre le travail au noir. Il déploie son slogan, «Le travail au noir se paie cash», sur un bus couleur charbon, des affiches et un site Internet spécialement consacré à la thématique.

Ces employeurs qui s’ignorent

A Genève, la majorité des employeurs «jouent le jeu», au dire de Pierre Maudet, conseiller d’Etat libéral-radical. Si certains trichent, il reste également des employeurs qui s’ignorent. Ils sont pour la plupart, une fois encore, dans l’économie domestique. «Celui qui emploie une femme de ménage deux heures par semaine est déjà un employeur», lance le magistrat en charge de l’Economie, appelant chacun à la «responsabilité citoyenne». Avec lui, Christina Stoll, directrice générale de l’Office cantonal de l’inspection et des relations du travail (OCIRT), est venue présenter cette campagne d’information et de sensibilisation. Tous deux disent leur volonté de mettre fin à «l’hypocrisie» qui a régné jusqu’alors. Des situations d’illégalité qui signifient des charges sociales et impôts impayés, une concurrence déloyale et l’absence de protection des travailleurs.

Les cas de figure

Se mettre en conformité, d’accord. Mais qu’est-ce que cela implique? Les employeurs doivent s’assurer de remplir quatre conditions: les assurances sociales sont payées par le biais, par exemple, de Chèque service. Les salaires minimaux, ceux inscrits dans les contrats types de l’économie domestique notamment, sont versés. Quant aux obligations fiscales, elles sont honorées avec une déclaration à l’Administration fédérale des contributions. Enfin, l’employé est-il au bénéfice d’une autorisation de travail? Dans le cadre de l’opération Papyrus, ce dernier point est essentiel. De fait, l’Etat rappelle la pratique genevoise qui consiste à ne pas dénoncer pénalement les employeurs du secteur de l’économie domestique qui occupent des travailleurs «clandestins», sous condition qu’ils respectent scrupuleusement les éléments salariaux, fiscaux et d’assurances sociales. Durant la période de l’opération Papyrus, cette pratique n’est pas remise en question. «Mais elle pourrait évoluer au cours du projet, en fonction de la casuistique (ndlr: l’étude de chaque cas) établie avec les autorités pénales.»

Rétroactivité

Pierre Maudet l’a répété, lundi: «Il ne s’agit pas d’une amnistie.» Ainsi, à supposer que les employeurs de personnel domestique réagissent à cette campagne de sensibilisation, ils devront également s’acquitter rétroactivement des impayés. Selon les situations concernées, cette période s’étend sur les trois à dix années précédentes.

Sanctions

L’OCIRT collabore avec les associations d’aide aux sans-papiers et les syndicats pour identifier les situations problématiques. Des sanctions administratives à l’encontre des employeurs qui ne respectent pas le contrat type du secteur sont prévues – leur montant maximal est d’ailleurs passé de 5000 fr. à 30 000 fr. Lorsque les faits relèvent du droit pénal, ils sont transmis au Ministère public.

Au final, il s’agit «de lutter contre un appel d’air qui aurait pour conséquence de remplacer les travailleurs au noir par d’autres travailleurs au noir, commente Pierre Maudet, faisant référence aux critiques émises, notamment dans les rangs de l’UDC. Après cette période de régularisation qui durera deux ans, le mode de fonctionnement redeviendra extrêmement répressif en 2019.»

(TDG)

Créé: 10.04.2017, 18h15

Articles en relation

Papyrus: les employeurs désarçonnés

Travail Les milliers de Genevois qui emploient des femmes de ménage, nounous ou aides à domicile au noir jouent un rôle déterminant dans le projet de régularisation des sans-papiers. Plus...

L’UDC s’attaque au projet genevois de régularisation des sans-papiers

Etrangers Le groupe UDC a déposé deux interventions aux Chambres fédérales contre ce qu’il appelle «la Genferei Maudet». Plus...

Papyrus: la première permanence prise d’assaut

Intégration Des dizaines de sans-papiers candidats à la régularisation se sont précipités à la première séance du syndicat SIT. Plus...

L'opération Papyrus attire près de 2000 clandestins au Palladium

Travail au noir Plusieurs centaines de personnes en quête d'information n'ont pas pu entrer dans la salle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...