Sans Eric Stauffer, le MCG devra résister à la «normalisation». Un défi difficile

Marc Bretton

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ce qui est remarquable dans les mésaventures du Mouvement citoyens genevois (MCG), deuxième parti du parlement, c’est leur succession rapide. Alors qu’on sentait depuis plusieurs mois, notamment depuis les élections municipales du printemps 2015, que la machine ne tournait plus très rond, les contradictions internes atteignant même un sommet cet automne avec le «Personal Stop» (blocage de l'embauche des fonctionnaires) et le compromis sur la mobilité, le processus s’est emballé. Entre l’assemblée générale chargée de départager les candidats rivaux à la présidence et la remise de la démission du député Stauffer, six jours seulement se sont écoulés. Six jours, pendant lesquels nul n’a trouvé de solution pour recoller les pots cassés. Cette situation de «pat», comme on dit aux échecs, illustre combien l’ex-Lider Maximo a lassé au sein de son parti suscitant un rejet d’une ampleur que peu d’observateurs avaient anticipé.

Sous réserve d’un retour à la Johnny Hallyday, la démission du cofondateur du MCG, son représentant le plus connu, marque donc un tournant décisif pour le parti. Même si les élections cantonales interviendront dans deux ans, on peut parier que la décrue électorale sera au rendez-vous.

Les rivaux du MCG ne s’y trompent pas et ont déjà intégré la donnée dans leurs calculs. Plusieurs raisons laissent penser que le parti populiste va au-devant de jours difficiles: d’abord on ne trouve pas tous les jours sous le sabot d’un cheval un mégaphone du calibre du député Stauffer.

Ensuite, même avec lui, «la magie populiste» du MCG perd manifestement de son efficacité depuis 2015, alors sans lui… Enfin, son départ pourrait entraîner celui d’autres élus, on pense au président du Conseil municipal Carlos Medeiros par exemple. Toutes les formations vivent des cycles de vie. Mais ceux-ci sont particulièrement cruels pour les partis «atypiques».

Huit ans après son triomphe de 1993, l’Alliance de Gauche, l’autre grande innovation politique du Canton d’il y a vingt ans, avait commencé à perdre des plumes. Quatre ans plus tard, elle disparaissait du parlement. Vigilance quant à elle disparaissait huit ans après son triomphe de 1985.

Qu’on se comprenne bien. Le MCG ne disparaîtra pas en 2018. Il faudrait pour cela que le député Stauffer adhère à un autre parti ou fonde une organisation rivale pour le torpiller, suivant le chemin tracé par l’ancien conseiller d’Etat socialiste Christian Grobet en 1993. Mais la simple normalisation du MCG induite par la disparition de son tribun va lui coûter: comment en effet continuer d’attirer les mécontents? Le politologue Basile Dacorogna, qui s’est penché sur l’électorat du MCG il y a quelques années, relève qu’à l’époque les électeurs du MCG se situaient encore plus à droite que les élus du parti. En perdant son «aile droite», le MCG risque donc de s’affaiblir, l’aile gauche du parti n’étant pas suffisante pour continuer à croître.

Créé: 05.05.2016, 19h30

Articles en relation

Fin du suspense: Eric Stauffer lâche le MCG et le Grand Conseil

Démissions Le député siégera une heure en indépendant jeudi 12, puis démissionnera le vendredi. Plus...

Ana Roch croit possible d’empêcher l’implosion du MCG

Interview Elue vendredi soir par une assemblée générale, Ana Roch, la nouvelle présidente du MCG, prend la tête d’un parti en pleine crise interne. Elle se confie. Plus...

Eric Stauffer rêve de récupérer le MCG grâce à Mauro Poggia

Pression Dans un courriel, le cofondateur du MCG demande au conseiller d'Etat de taper du poing sur la table. Plus...

Orphelin de son leader, le MCG entre en crise

Démission La non-élection d’Eric Stauffer à la présidence n’est que la résultante de tensions grandissantes entre deux camps au Grand Conseil. Le déclin se profile. Plus...

Stauffer: «Le MCG est devenu une auberge des intérêts personnels»

Interview Quelques heures après sa non élection à la présidence du Mouvement citoyen Genevois (MCG), Eric Stauffer réagit à chaud, avec ses propos cinglants habituels. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...