Eric Stauffer expulsé manu militari du Grand Conseil!

ParlementUn esclandre en fin de soirée oppose les partis. Le président du Parlement ordonne au député du MCG de quitter la salle. Son refus entraîne une intervention de la police.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Scène rare. A 23h29, sept gendarmes pénètrent dans la salle du Grand Conseil à la demande du président du Parlement, le socialiste Antoine Droin. Ils se dirigent lentement vers le député Eric Stauffer, écartent les députés du Mouvement citoyens genevois (MCG) qui se serrent autour de lui. Après un instant de flottement, le président du Conseil d'Etat François Longchamp et le conseiller d'Etat MCG Mauro Poggia s'approchent à leur tour. Ils entourent le député récalcitrant et réussissent finalement à l'entraîner à l'extérieur de la salle. Les députés UDC et MCG le suivent. C'est l'épilogue d'un fait divers, dont on n'a pas fini de parler.

Un débat houleux

Tout débute vers 21h45 par un débat d'apparence anodine. L'enjeu? Une modification de la loi sur l'exercice des droits politiques. Les partis veulent réintroduire la possibilité, biffée en juin dernier, de modifier le nom de leurs listes au second tour des élections à système majoritaire. Le MCG est contre. Le député Cerutti dénonce des «alliances retorses et contre-nature». Ensemble à gauche (EAG) trouve qu'on change le système à une date trop proche des élections pour être honnête. La plupart des autres partis sont pour la modification. Elle leur permet de déposer une nouvelle liste avec de nouveaux alliés et une nouvelle étiquette au second tour des élections. L'affaire n'est pas sans intérêt dans les communes ou les alliances gauche-droite existent, comme à Vernier. Lors des débats divers amendement sont présentés. Le président du Conseil d'Etat prévient rapidement qu'il n'acceptera pas de modifications profondes de la loi à une date aussi proche des élections.

Vers 22h40, le débat s'envenime, mais les majorités sont claires. Le MCG et l'UDC sont isolés. Pour une raison qu'on ignore, les Verts déposent un amendement abandonnés par ses alliés, modifiant profondément la loi, qui échoue de peu, le MCG et l'UDC l'ayant soutenu. Son adoption aurait fait capoter la loi, comme l'avait annoncé François Longchamp. Au 3e et dernier débat, le MCG sent sa chance et reprend l'amendement Vert pour le déposer à son tour. C'est alors que tout s'envenime. Antoine Droin, le président du Parlement, annonce qu'on va voter sur un «amendement déposé par le député MCG Sandro Pistis déjà refusé en deuxième débat et figurant en page 11 du projet de loi». On passe au vote.

«On bafoue la démocratie»

L'amendement est refusé. Le député Stauffer bondit de son siège. «On a bafoué la démocratie, les gens ne savaient pas sur quoi ils votaient», tonne-t-il. Il exige qu'on lise l'amendement, puis hurle de tout ses poumons qu'il ne quittera pas les lieux tant qu'il n'aura pas obtenu un nouveau vote. Il demande une suspension de séance. «Je demande à la force publique d'intervenir pour m'expulser. On me verra partir avec des menottes», dit-il.

Le président a-t-il effectivement fait voter trop rapidement les députés? Antoine Droin le nie. «Le temps de parole était compté dans ce débat et étaient dépassés et on votait sur un amendement qui venait d'être refusé», explique-t-il.

Les députés MCG se lèvent aussi. On crie dans la salle. Alors que certains députés tentent de calmer le jeu en ouvrant les fenêtres, d'autres fustigent leurs adversaires ou, comme le PLR Daniel Zaugg, tentent de prendre des photos. Situé en face, le MCG Carlos Medeiros l'aperçoit et hurle: «Une photo et t'es mort» en passant l'index sur sa gorge.

Face à l'esclandre du député Stauffer, Antoine Droin l'avertit, puis l'expulse. Il est 22h50. Le policier de garde que le député PS Romain de Sainte-Marie assure avoir vu «serrer la main des députés policiers du MCG» à son entrée arrive. Malgré cette intervention, Eric Stauffer refuse toujours de sortir. A 23h29, les renforts policiers arrivent. Alors que le MCG et l'UDC sortent de la salle, les débats reprennent dans l'hémicycle et la modification de loi est finalement votée.

«C'est la honte»

Les réactions n'ont pas tardé à pleuvoir. Dans un communiqué, le président du Parlement, dont Eric Stauffer est par ailleurs deuxième vice-président, «déplore hautement les incidents survenus.» Il ajoute: «Nous regrettons que par son comportement M. Stauffer a tenté, finalement en vain, d''empêcher la majorité du Parlement de voter un projet de loi, entravant par là le fonctionnement démocratique du Grand Conseil. Le Bureau se prononcera prochainement sur les éventuelles suites à donner à cette affaire. Nous regrettons le triste "spectacle" donné par le Grand Conseil.»

La députée et cheffe de groupe UDC Christina Meissner assure au contraire son collègue MCG de son soutien. Son homologue socialiste Lydia Schneider Hausser dénonce un «comportement inacceptable. Nous ne sommes pas à l'école enfantine, il y a des lois à respecter.» Le chef de groupe PLR Serge Hiltpold est aussi remonté: «Le MCG a utilisé tous les moyens pour renverser un vote dont il ne voulait pas. Leur comportement nous a contraints à demander des renforts de police supplémentaires pour expulser un vice-président du Parlement, qui aurait dû avoir la décence de s'en aller. C'est la honte.»

Ce n'est pas la première fois que le député Eric Stauffer anime la chronique du Parlement genevois de son tempérament volcanique. En février 2012, il lançait le contenu d'un verre d'eau au visage d'un collègue. Un an auparavant, il s'était accroché avec un député écologiste à la buvette du Parlement. (TDG)

Créé: 11.10.2014, 10h44

Articles en relation

Les tarifs 2015 sont votés. Le ticket passera à 3 francs en décembre

TPG En fin de soirée, en marge d'un autre débat, Eric Stauffer a été expulsé de la salle du Grand Conseil encadré par six policiers. Plus...

Rémy Pagani pourra retrouver son siège aux TPG

Parlement genevois Le Grand Conseil est revenu sur un vote de 2012 qui expulsait du conseil d'administration de la régie publique celui qui était alors maire de Genève. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...