Passer au contenu principal

Envie d’Escale? La Ville lance son animation d’été

Concerts, jeux, boissons: un espace temporaire au bord du lac ouvre pour les Genevois et les touristes.

Inaugurée une première fois en 2016, l’animation estivale voulue par la Ville de Genève revient sur l’autre rive, quai Gustave-Ador cette fois.
Inaugurée une première fois en 2016, l’animation estivale voulue par la Ville de Genève revient sur l’autre rive, quai Gustave-Ador cette fois.
DR

Les drapeaux claquent gaiement au vent. Pas d’insignes nationaux sur les oriflammes, mais des lignes, des points, des ondulations bleus et blancs qui font flotter une odeur d’ouzo sur la rade. C’est l’Escale qui revient. Inaugurée une première fois en 2016, l’animation estivale voulue par la Ville de Genève revient sur l’autre rive, quai Gustave-Ador cette fois. Au bout du quai, à une encablure de Baby plage, 250 mètres de bâtiments éphémères dont un bar, un Biergarten, une piste de danse, attendent touristes et habitants pour deux mois. Dès vendredi 18 heures, ils pourront boire, manger, dormir, lire, jouer, écouter de la musique, parler ou se taire, comme il leur plaira.

«Nous avons voulu créer un lieu de détente ouvert à tous, intergénérationnel et sans obligation de consommation», explique le conseiller administratif Guillaume Barazzone qui assure la visite des lieux. Après le bar, la scène, on le suit déambulant devant une tour, dont le style rappelle vaguement une pyramide maya. C’est la tour bibliothèque. Au centre des rayonnages pour déposer et prendre des livres, autour vingt hamacs, qui se balancent doucement sous la brise. Des livres d’accord, mais quels livres? Lors de notre visite, on tombe sur le Seigneur des anneaux, le Nom de la Rose, un Robert Merle et un Benoîte Groult. Pas mal. De quoi tenir quelques heures. D’autant que le bar n’est pas loin… Les prix des boissons sont amicaux, entre trois et huit francs. La bière est locale, nous dit-on fièrement. Mais lorsque le conseiller administratif assoiffé commande un «Chien Bleu», il se fait rembarrer: «Le bar ouvre à 18 heures», grognent les barmans. «Le règlement, c’est le règlement, surtout quand la presse est présente», rétorque le magistrat. Bon, pour le chien bleu, il faudra revenir.

Faute de bières, pourquoi ne pas brouter? Brouter, mais pas trop car il en faut pour tout le monde et aussi pour garantir ombre et fraîcheur. Des herbes, des fruits, du vert, il y en a pour tous les goûts, car le Service des espaces verts a posé 200 bacs pour des plantes vertes et posé 2700 plantes. Particularité? Elles sont toutes consommables. Garanties sans tourbe, ni produits phytosanitaires par Daniel Oertli,chef de sevice des Espaces verts, on les passe en revue. «Il y a des haricots, du houblon, de la calebasse, de la sauge, du romarin, de la menthe, du cerfeuil, du basilic de la tomate, des capucines, des œillets, du cassis, du kiwi…» Près de la scène, on nous raconte la programmation. Tous les jours de 18 heures à 21 h 30 en semaine, ou minuit les week-ends, des concerts. «La programmation de qualité, diversifiée et les musiciens locaux», précise le responsable. A vérifier jusqu’au 2 septembre.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.