Passer au contenu principal

L’Entente attaque en justice la brochure des votations

La présentation des quatre référendums liés au budget 2017 est jugée totalement déséquilibrée par le PDC et le PLR. Rémy Pagani nie.

«Nous avons trouvé cette solution d’introduction générale pour éviter que des citoyens aient l’impression de lire quatre fois le même texte, comme lors de la votation similaire précédente», explique Rémy Pagani
«Nous avons trouvé cette solution d’introduction générale pour éviter que des citoyens aient l’impression de lire quatre fois le même texte, comme lors de la votation similaire précédente», explique Rémy Pagani
Steeve Iuncker-Gomez

Les citoyens de la Ville de Genève pourront-ils se prononcer, le 24 septembre, sur les quatre référendums lancés par la gauche pour s’opposer à des économies dans le budget 2017 de la Commune? Ce sera à la justice de répondre à la question puisque l’Entente a décidé dimanche de recourir contre la brochure officielle de présentation des enjeux.

Le PLR et le PDC – tout comme le MCG – dénoncent une présentation déséquilibrée, «une évidente et profonde inégalité de traitement en faveur des référendaires». Dans son communiqué, le MCG n’hésite pas à qualifier le document de «brochure de propagande».

La majorité mal servie

Ce qui met hors d’elle la majorité du Conseil municipal qui avait imposé les économies soumises en votation, c’est que la proportion de la place accordée aux partisans des référendums est écrasante. Le Conseil administratif n’aurait absolument pas tenu compte du projet de texte qui avait été rédigé par le bureau du Conseil municipal.

La brochure s’ouvre par une introduction générale de deux pages rédigée par… le comité référendaire. Ensuite, pour chacun des référendums figurent une brève synthèse, puis le commentaire de la majorité du Municipal, celui de la minorité et, enfin, celui du comité référendaire.

Rémy Pagani serein

Pour Rémy Pagani, il n’y a là nulle duperie. «Nous avons trouvé cette solution d’introduction générale pour éviter que des citoyens aient l’impression de lire quatre fois le même texte, comme lors de la votation similaire précédente», explique-t-il. Pour le reste, il assure s’être conformé à ce que dit la loi.

«Je reste très serein malgré ce recours, conclut-il. Je mets cela sur le compte de la fièvre d’un début de campagne.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.