Passer au contenu principal

Ensemble à Gauche fustige le flot d’argent dans la campagne

La coalition s’attaque à la «surenchère» avec un projet de loi. Et vise le parti d'Eric Stauffer.

Ensemble à Gauche souhaite notamment limiter les dépenses à 2 francs par électeur du canton. «Ce n’est pas une compression des dépenses, mais plutôt un plafond qui serait placé sous la sauvegarde du citoyen», précise le député Pierre Vanek.
Ensemble à Gauche souhaite notamment limiter les dépenses à 2 francs par électeur du canton. «Ce n’est pas une compression des dépenses, mais plutôt un plafond qui serait placé sous la sauvegarde du citoyen», précise le député Pierre Vanek.
Steeve Iuncker-Gomez

À dix jours du premier tour des élections cantonales, Ensemble à Gauche propose de limiter les dépenses électorales des partis. Alors non, l’éventuelle nouvelle loi n’a aucune chance de s’appliquer pour l’échéance électorale de ce printemps. En revanche, c’est bien la campagne en cours qui a poussé la gauche de la gauche à réagir.

Dans le viseur du projet de loi qui sera déposé au parlement, il y a GeM – le parti d’Éric Stauffer – et le MCG. Point commun de ces deux formations: des budgets de campagne évalués à un demi-million ou plus. «On n’a jamais vu autant d’argent dépensé pour la publicité dans la presse, sur les transports publics. C’est ostentatoire, excessif. Ces pratiques risquent de réduire la campagne à du marketing, au détriment du débat public», relève Jocelyne Haller, députée et candidate au Conseil d’État.

Au cœur de l’initiative de sa formation, il y a les chiffres délivrés par les partis à la «Tribune de Genève» en janvier: le MCG annonçait un budget de 800 000 francs, alors que l’estimation concernant la campagne de GeM se montait à 500 000 francs. Depuis, Éric Stauffer a confirmé au «Matin Dimanche» qu’il comptait parmi ses soutiens politiques le milliardaire brésilien Carlos Sanchez. Et pour beaucoup, la campagne du dernier-né des partis genevois aurait dépassé le million de francs.

Dans ce contexte, Ensemble à Gauche souhaite instaurer davantage de transparence. Et des limites. Concrètement, il s’agirait de contraindre les partis à déposer à la Chancellerie leur budget de campagne quatre semaines avant la date de la votation. Les documents seraient alors consultables par tout un chacun. Mais surtout, il est proposé de limiter les dépenses à 2 francs par électeur du canton. Autrement dit, chaque parti n’aurait pu dépasser 523 000 de budget de campagne si cette loi avait été en vigueur aujourd’hui. «Ce n’est pas une compression des dépenses, mais plutôt un plafond qui serait placé sous la sauvegarde du citoyen», précise le député Pierre Vanek, dont le parti a mobilisé 250 000 francs pour la campagne en cours.

Le projet de loi prévoit également d’interdire à une seule personne morale ou physique de financer plus de 5% du budget de campagne. Par ailleurs, il deviendrait interdit d’accepter l’argent d’un donateur résidant hors du canton. Sur ce point, Ensemble à Gauche renvoie aux récentes révélations de «l’amitié» entre Éric Stauffer et le milliardaire brésilien. «Quel intérêt cet homme a-t-il à financer la campagne genevoise?» s’interroge Pierre Vanek, tandis que Pablo Cruchon, secrétaire de SolidaritéS, détaille «le pedigree particulier» du businessman.

Éric Stauffer, lui, fustige l’initiative d’Ensemble à Gauche: «Ce projet de loi est d’une mauvaise foi crasse. Aider un parti relève de la liberté individuelle, c’est un droit fondamental.» Sur la question de la transparence, l’Onésien partage néanmoins la préoccupation et promet de rendre publique la liste de ses sponsors sous peu.

Enfin, Ensemble à Gauche veut des sanctions contre les partis qui dépasseraient le plafond autorisé. Son texte de loi prévoit l’expulsion de députés du parti concerné au pro rata du dépassement budgétaire. Au regard de la Constitution, des doutes peuvent être émis quant à la légalité d’une telle sanction.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.