Les enseignants du primaire veulent boycotter l’école inclusive

EnseignementLes maîtres lancent des actions pour protester contre les mesures d’économies du Conseil d’Etat.

Après la grève de la semaine dernière, les enseignants veulent exprimer leur mécontentement face aux nouvelles économies qu'escompte faire le Conseil d'état.

Après la grève de la semaine dernière, les enseignants veulent exprimer leur mécontentement face aux nouvelles économies qu'escompte faire le Conseil d'état. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le syndicat des enseignants du primaire, la Société pédagogique genevoise (SPG), a réuni ses membres mercredi soir en assemblée extraordinaire. Dans la continuité de la grève de la semaine passée, la centaine d’enseignants présents a décidé d’introduire des actions sectorielles. Ceci dans le but de protester contre les mesures d’économies prévues par le Conseil d’Etat – passage à 42 h de travail, facilitation des licenciements entre autres – ainsi que contre la loi «personal stop», qui gèle les engagements tant que la dette de l’Etat ne sera pas redescendue à 8 milliards.

Première décision: les enseignants «s’opposeront fermement à toute mesure permettant de mettre en place le projet d’école inclusive», indique la SPG dans un communiqué. Ce projet vise à intégrer les enfants à besoins spécifiques dans des classes de l’école ordinaire. Concrètement, comment cela se traduira-t-il? Les enseignants refuseront-ils désormais d’accueillir un élève handicapé dans leur classe? «Rien n’a encore été entériné, nous devons préciser les modalités de cette décision, répond le président de la SPG, Laurent Vité. C’est l’expression d’un ras-le-bol.» Il précise: «Nous sommes favorables au projet d’école inclusive mais pas dans ces conditions! On ne peut pas intégrer sans moyens supplémentaires; les enseignants sont épuisés, il faut des équipes pluridisciplinaires.»

Deuxième décision de l’assemblée: une grève des notes est lancée. «Les maîtres n’entreront pas les résultats dans le système administratif, explique Laurent Vité. Mais ceux-ci seront transmis aux élèves ainsi qu’à leurs parents. Ce n’est pas une proposition anodine, l’évaluation est une contrainte lourde. On demande aux maîtres de noter à tout va, il y a une surenchère d’évaluations!»

Au Département de l’instruction publique, on indique «attendre de rencontrer les responsables syndicaux pour en savoir plus sur ce mouvement de grève et sur la réponse à y donner».

Les enseignants du Cycle ont aussi lancé une grève des notes. Eux envisagent en plus d’annuler l’Escalade, ainsi que des sorties scolaires et des voyages d’études. (TDG)

Créé: 19.11.2015, 19h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.