Passer au contenu principal

Un élu rêve d’une maison pour les pères divorcés

Un texte demande à l’Exécutif de mettre en place une structure pour les pères lors d’une séparation.

Image d’illustration. La maison des pères serait composée de dix logements meublés de 3 à 4 pièces.
Image d’illustration. La maison des pères serait composée de dix logements meublés de 3 à 4 pièces.
GAETAN BALLY

L’idée d’une «maison des pères» est née sur le terrain, dans les groupes de parole de l’Association des familles monoparentales de Genève. Cette dernière venait de s’ouvrir aux hommes lorsque Isabelle Descombes en a repris la direction en 2012. «J’ai rapidement constaté que le logement était un problème récurrent chez les pères fraîchement séparés.» Dans la grande majorité des cas, ce sont eux qui quittent le domicile familial. «Même avec un salaire, il n’est pas simple de se loger. Et j’ai eu la désagréable surprise de constater que certains d’entre eux devaient momentanément dormir dans leur voiture.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.