Qui élire à Vernier? Les candidats croisent le fer

Élection complémentaireLa MCG Ana Roch et le socialiste Martin Staub briguent la succession de Thierry Apothéloz à la Mairie de Vernier. Pour faire quoi?

Qui d’Ana Roch (MCG) ou de Martin Staub (PS) succédera à Thierry Apothéloz au Conseil administratif de Vernier?

Qui d’Ana Roch (MCG) ou de Martin Staub (PS) succédera à Thierry Apothéloz au Conseil administratif de Vernier? Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

MCG ou PS? Ana Roch ou Martin Staub? Les Verniolans désigneront dimanche le successeur de Thierry Apothéloz au Conseil administratif. Quels sont leurs objectifs? Interview.

Qu’est-ce qui vous motive autant à convoiter la Mairie?

Ana Roch (A.R.): Depuis le temps que je suis sur le terrain, accéder à la Mairie représenterait une forme de continuité me permettant d’agir encore plus avec les habitants et de faire avancer les projets. Même si on reste aux ordres du municipal, on peut amener une dynamique différente en tant que magistrat.

Martin Staub (M.S.): Je souhaite rendre les nombreuses opportunités qui m’ont été offertes dans cette commune. Quoi de plus beau que ce poste pour améliorer la qualité de vie des Verniolans?

Votre première action si vous êtes élu(e)?

M.S.: Rencontrer le Conseil d’État pour bien lui faire comprendre la détermination verniolane à faire de Porteus un lieu de culture (ndlr: Ana Roch y est aussi favorable) plutôt qu’une prison comme le projette le Canton.

A.R.: Réunir les chefs de service du dicastère qui me sera attribué pour prioriser les dossiers.

Nuisances dues à l’aéroport et aux citernes, peur des grands ensembles… La mauvaise image qui colle à votre commune est-elle justifiée?

A.R.: Nous n’avons effectivement pas une bonne image, mais Vernier ne se résume pas uniquement à ces nuisances. À nous de mieux valoriser le bon, notamment nos beaux paysages, et les projets à venir.

M.S.: Malgré ces nuisances, que nous n’avons pas choisies, il fait bon vivre à Vernier. L’image a d’ailleurs évolué positivement au cours de ces dix dernières années. Notre commune a développé un vrai laboratoire social. L’exemple des contrats de quartier, des correspondants de nuit ou des réseaux seniors en atteste.

Que faire pour remédier à cette image?

M.S.: Notre marge de manœuvre est limitée, tant sur les grands pétroliers que sur l’aéroport. Mais notre ténacité finit par payer, à l’image des 36 citernes – sur environ 120 – qui vont être supprimées d’ici à 2032. Limiter les vols à Cointrin permettra aussi de diminuer la consommation en kérosène et les nuisances en général.

A.R.: J’ai habité trente ans aux Avanchets. Il existe un vrai sentiment de village où l’on vit bien. Nous devons véhiculer ce genre d’image positive bien réelle à Vernier. Concernant plus particulièrement les nuisances, cela fait des années qu’on se bat pour limiter leur droit de superficie. Un dossier mammouth au niveau de la commune, qu’on ne peut résoudre en une semaine. C’est un travail de concertation de longue haleine.

Martin Staub, être le double de Thierry Apothéloz suffit-il pour être élu?

M.S.: Absolument pas, mais Thierry Apothéloz a, il est vrai, développé des projets qui ont des impacts sur la population. Je veux m’appuyer sur cet héritage, mais je compte sur mes propres projets. Comme celui de la Maison du droit, où des spécialistes pourront épauler des personnes en difficulté qui n’ont pas pu trouver le soutien adéquat.

Ana Roch, vous êtes la présidente du parti cantonal et pourtant vous avez complètement effacé l’étiquette MCG durant votre campagne. La préférence cantonale, c’est fini?

A.R.: Non, pas du tout! J’ai le logo du MCG en moi et la préférence cantonale reste notre cheval de bataille. Je compte ainsi tout mettre en œuvre pour l’appliquer, tant au niveau des personnes que des entreprises.

Thierry Cerutti n’a pas laissé que de bons souvenirs au Conseil administratif. Certains craignent que vous soyez sa marionnette…

A.R.: Ah? Thierry Cerutti est un ami, un voisin, un collègue de parti. Je suis entrée au MCG grâce à lui. Mais ça s’arrête là.

Avec les nouveaux quartiers de l’Étang et de la Concorde, on prévoit une ville de 40 000 habitants d’ici à quinze ou vingt ans. Est-ce là le principal enjeu communal?

M.S.: Ces quartiers posent la question des investissements à consentir pour éviter de se retrouver avec des lieux isolés. Il faudra investir sans couper dans le social ou la culture, car on paie vite ces fausses économies. Ces quartiers sont des défis, mais dans le sens positif du terme: une magnifique opportunité d’agir si on réussit à les connecter au reste de la commune.

A.R.: L’enjeu, c’est d’éviter la création de cités-dortoirs, ce qui veut dire se pencher sur les infrastructures et les transports. Il y a aussi un travail à mener pour connecter nos quartiers, dont les identités sont fortes, et développer ainsi une identité communale. Cela passe par des manifestations communes et sportives fédérantes.

PF17 va diminuer les revenus de votre commune. Où couper? Faut-il augmenter les impôts communaux? Voulez-vous attirer des entreprises?

M.S.: Les négociations ne sont pas terminées. La Confédération a augmenté la part fiscale revenant au Canton, il faut que ce dernier fasse de même avec les communes. Et en particulier la nôtre, plutôt pauvre. Dans les années à venir, nous aurons des dépenses nouvelles, mais aussi une marge de manœuvre puisque 25% de notre personnel arrivera à l’âge de la retraite. Ce sera l’occasion de diminuer nos coûts en repensant notre fonctionnement, en nous appuyant sur le développement du numérique.

A.R.: Les risques de pertes sont importants, mais les prestations ne doivent pas en pâtir. Il faudra faire des économies ailleurs.

Le Canton reprend son bâton de pèlerin pour transférer des tâches aux communes. Lesquelles voulez-vous? Quels regroupements intercantonaux?

A.R.: Je ne suis pas opposée aux transferts, mais il faut un équilibre entre les compétences données et les charges.

M.S.: Des regroupements intercommunaux ont déjà eu lieu avec Meyrin et le Mandement sur l’état civil. D’autres peuvent être faits avec Meyrin sur la voirie. Ce que je demande du Canton, c’est une politique des petits pas, en commençant par une meilleure concertation, notamment en termes d’aménagement. Pour les transferts, nous ne sommes pas Cologny ou Plan-les-Ouates: nous n’avons pas de fortune et le social coûte.

Sous l’impulsion du conseiller administratif PLR Pierre Ronget, Vernier a boosté la culture en ses murs. Une bonne chose?

A.R.: Bien sûr que c’est une bonne chose. Je suis cependant favorable à une réduction du budget des spectacles. Un million de francs, c’est trop important vu notre situation financière actuelle et les importants investissements en cours. J’ai demandé de réduire la voilure de 25%. Nous pourrions, en revanche, aider les Verniolans à aller voir de l’opéra au Grand Théâtre.

M.S.: Des efforts ont déjà été faits dans ce sens. Même si je le regrette. Cette année, il n’y aura ainsi qu’une soirée opéra, plutôt que deux, proposée aux Verniolans. Mais couper 250 000 francs, comme le préconise le MCG, c’est réduire d’un quart le nombre de spectacles. Impensable… On doit maintenir le budget culturel! C’est formidable que les Verniolans n’aient pas besoin de descendre à Genève pour assister à un opéra. (TDG)

Créé: 11.10.2018, 19h26

Ana Roch, candidate à la Mairie de Vernier, expose ses arguments électoraux.

Martin Staub, candidat à la Mairie de Vernier, expose ses arguments électoraux.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...