Les électeurs ont fait le ménage dans les listes

Elections cantonalesDe nouvelles têtes apparaissent au Grand Conseil, alors que d’autres disparaissent.

Les électeurs genevois ont rendu leur verdict dimanche.

Les électeurs genevois ont rendu leur verdict dimanche. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vous êtes jeune, vous êtes une femme, le parlement vous tente? C’est chez les Verts qu’il fallait adhérer. Le parti a réussi à en faire élire quatre âgée de moins de 30 ans. D’autres mouvements sont observables. Ainsi, les six candidats soutenus par la Chambre genevoise de l’agriculture sont passés! Voilà pour les réussites collectives. Une veste collective? Il ne faisait pas bon être membre de la Chambre de commerce: sur des listes différentes, trois de ses représentants sont restés sur le quai.

Le PLR: 28 sièges (+4)

En majorité, les sortants retrouvent leurs sièges. Parmi les nouveaux arrivent: Georges Vuillod, soutenu par Agri Genève, mais aussi le conseiller municipal et président par intérim Adrien Genecand, ainsi que Diane Barbier-Mueller, courtière en immobilier. Deux magistrates communales font leur entrée: Fabienne Monbaron (Plan-les-Ouates) et Francine de Planta (Collonge-Bellerive). Parmi les non élus, certains échecs étonnants: les représentants de la Chambre de commerce donc et un cas intéressant, celui du conseiller municipal Simon Brandt. Collaborateur direct de Pierre Maudet, il devra choisir entre son emploi et le Grand Conseil s’il entre au Parlement (il est pour le moment vient-ensuite).

Le PS: 17 sièges (+2)

Pour l’essentiel, les sortants ont été réélus. Très bon score de Caroline Marti (5e), âgée de 29 ans. Parmi les nouveaux figurent des cadres du Conseil municipal de la Ville (Grégoire Carasso, Sylvain Thévoz) et une nouvelle conseillère municipale, Jennifer Conti. À noter le «miraculeux» rétablissement d’Alberto Velasco, président de l’Asloca, enterré au fond de la liste, mais réélu malgré tout. Parmi les non élus, qui devraient rentrer durant la législature, des nouveaux à suivre, comme Lena Strasser, Diego Esteban et Xhevrie Osmani. Perdu au loin, signalons Manuel Alonso Unica. L’auteur d’une campagne pro-chiens qui a fait du bruit et qui reste à la porte du parlement.

Les Verts: 15 sièges (+5)

Renouvellement considérable (neuf sur quinze) avec de très jeunes pousses dont Katia Leonelli, Adrienne Sordet, Alessandra Oriolo et Paloma Tschudi et quelques nouveaux connus comme le météorologiste Pierre Eckert. Du coup, des sortants expérimentés ont été sortis (Yves de Matteis et Boris Calame), même s’ils pourraient revenir en cours de législature. À noter, le retour de Christian Bavarel, ancien député, qui sera suppléant. Malgré la poussée verte, diverses personnalités ont échoué, comme la conseillère administrative d’Onex Ruth Bänziger et le duo Fabienne Fischer et Alfonso Gomez, piliers de la section Ville.

Le PDC: 12 sièges (+1)

Grande stabilité à part l’abordage d’Agri Genève. L’arrivée des nouveaux a relégué le chef de groupe Jean-Luc Forni et l’ancien conseiller administratif de Lancy François Lance au rang peu confortable de suppléants. À signaler le très bon score d’Anne-Marie von Arx (3e). Malgré un fort biffage, l’ex-UDC Christina Meissner suit de près. Elle devance des personnalités connues du parti dont Jean-Charles Lathion, président du Municipal, et Sébastien Desfayes, l’ancien président. Globalement, les membres de la section ville n’ont pas fait un très bon résultat. Un autre ancien président, Patrick Schmied, est dans les limbes du classement, non loin de Thomas Putallaz, bras droit de Luc Barthassat, et de l’ancienne membre du MCG Marie-Thérèse Engelberts.

Le MCG: 11 sièges (-9)

C’est la stabilité dans le tremblement de terre. Un seul nouveau: l’ancien constituant Patrick Dimier. Quant au conseiller national Roger Golay, élu au Grand Conseil, il ne devrait pas rester. Choisir Genève signifierait quitter Berne et laisser sa place à un certain Eric Stauffer…

EAG: 9 sièges (-)

Sur les 9 députés, quatre nouveaux (Rémy Pagani, Jean Burgermeister, Pablo Cruchon et Stéphanie Valentino) qui ont pour tâche d’apporter du sang frais. Le sortant, syndicaliste et enseignant Olivier Baud reste à la porte. Quelques surprises: l’avocat Pierre Bayenet n’est pas élu, ni la conseillère municipale Maria Pérez, passablement biffée.

L’UDC: 8 (-3)

Le parti nationaliste a bu la tasse. Du coup, les sortants s’accrochent. Deux nouveau à signaler, Marc Fuhrmann, le président du parti et le conseiller national Yves Nidegger qui ne restera pas au Grand Conseil.


La majorité au parlement représente 12% des habitants

Les majorités ne seront pas faciles à bâtir dans le futur parlement. Et elles n’auront pas une très grande représentativité. Pour faire passer une loi, il suffira, dans le pire des cas, d’une cinquantaine de voix qui, elles, exprimeront l’avis d’environ 12% de la population. Ce qui mérite quelques explications.

Ce dimanche, 100 000 citoyens se sont exprimés. Cela correspond à 38,7% du corps électoral, qui s’élève à 262 000 personnes. Mais on ne compte bien sûr que les Suisses en âge de voter. Si l’on englobe les étrangers, tout en excluant les mineurs, on arrive à 400 000 habitants adultes dans le canton. Les 100 000 votants de dimanche représentent donc 25% de cette population. Et comme la moitié suffit à faire une majorité, cette moitié représente 12,5% des résidents genevois.

Cela dit, le faible engouement pour ces élections n’a rien d’extraordinaire. L’élection pour le Grand Conseil attire en général quatre électeurs sur dix depuis une bonne trentaine d’années. Le record de participation remonte à 1936, avec un taux de 86,1%! La lecture des chiffres apporte un autre enseignement, concernant cette fois les femmes. Pour être représentées proportionnellement à leur effectif, on a coutume de dire qu’elles devraient avoir 50 sièges sur les 100 que compte le Grand Conseil. Mais on oublie que les femmes sont plus nombreuses que les hommes, dans une proportion non négligeable. Celles qui ont le droit de vote sont près de 130 000, contre moins de 110 000 pour les hommes. Elles représentent 54% du corps électoral, et auraient donc droit à 54 sièges. Pour l’heure, elles doivent se contenter d’une bonne trentaine.

La participation varie fortement d’une commune à l’autre. Sans surprise, c’est dans les campagnes qu’on se mobilise le plus. Lors de l’élection au Grand Conseil de 2013, la palme est revenue à Cartigny, avec un taux de participation de 61,2%. Suivie de Russin, Bardonnex et Conches. Les plus faibles taux (36%) se trouvent à Vernier, aux Pâquis et à Châtelaine.

À noter que les femmes sont moins assidues dans l’isoloir. Leur taux de participation est souvent de 3 à 4% inférieur à celui des hommes. Christian Bernet

Créé: 16.04.2018, 22h14

Articles en relation

Sandrine Salerno jette l'éponge. Le PS aura deux candidats

Elections au Conseil d'Etat La conseillère administrative de la Ville annonce son retrait en début de séance, épargnant au parti un débat difficile. Plus...

«Je laisse la place aux trois candidats restant de l'Entente»

Élection Le PLR Alexandre de Senarclens explique son choix de renoncer au second tour du Conseil d’État. Plus...

Le PLR Alexandre de Senarclens se retire de la course

Conseil d’État Il ne devrait plus y avoir que trois candidats de l'Entente au second tour. Plus...

«Ça me donne l’impression que je n’ai pas fait tout faux»

Elections Conseil d'Etat Reportage dans les pas de la sortante Anne Emery-Torracinta. Sur la sellette, elle surprend en arrivant 5e. Terminé l’hypercontrôle et l’austérité, elle a laissé éclater sa joie. Plus...

L'Entente confirme son ticket avec Luc Barthassat

Election au Conseil d'Etat Le PLR et le PDC défendront un ticket à trois, avec Luc Barthassat, Serge Dal Busco et Nathalie Fontanet. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...