Passer au contenu principal

Le cortège du 1er Mai s’est décliné au féminin

L’égalité salariale et les autres revendications féministes ont été au centre de la manifestation, un mois et demi avant la grève des femmes du 14 juin.

Les femmes ont donné le ton, d’un bout à l’autre du cortège du 1er Mai, qui s’est déroulé sans heurts entre 13 h 30 et 15 h 30. «Ensemble pour l’égalité, la justice sociale et le climat»: derrière la première banderole, la plupart des organisations syndicales ou politiques se sont référées à la grève des femmes du 14 juin. Et les pierres des bâtiments bordant les Rues-Basses résonneraient presque encore de leurs cris et de leurs chansons. Au slogan «Égalité, liberté, sororité» répondait le plus inattendu «MEUF, Mouvement étudiant pour l’unité féministe». L’une de ses membres explique représenter les étudiantes des écoles secondaires genevoises, qui comptent aussi se mobiliser pour cette journée qui signera la fin du printemps. Les enseignantes étaient fortement présentes, réclamant sous le calicot «DIP = Vatican» «l’élaboration d’un protocole d’intervention qui mentionne précisément les démarches à entreprendre en cas de harcèlement sexiste et sexuel» dans les écoles genevoises. Ainsi que «des sanctions à l’encontre des personnes qui commettent ces actes». «L’école n’est pas un terrain de chasse», résume une enseignante en colère.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.