Des écoles vétustes dénoncées sur #balancetaclasse

EducationLe syndicat des maîtres du primaire a créé un hashtag pour révéler l’état de certains locaux, entre fuites d’eau et stores cassés.

Dans une école, de l'eau s'écoule lorsqu'il pleut.

Dans une école, de l'eau s'écoule lorsqu'il pleut. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le hashtag, cet inoffensif petit dièse, est devenu le canal de protestation et de dénonciation par excellence sur les réseaux sociaux. Sa notoriété a explosé en 2017 avec la diffusion de #BalanceTonPorc et #MeToo sur Twitter pour dénoncer le harcèlement sexuel. Aujourd’hui, ce sont les enseignants qui s’en emparent. Le syndicat des maîtres du primaire, la SPG, vient de dégainer un #balancetaclasse sur Instagram. Le but: révéler, en images, des locaux scolaires dont l’état ne garantirait pas des conditions d’apprentissage optimales.

«Nous dénonçons depuis plusieurs années l’insalubrité de certains locaux, explique Francesca Marchesini, présidente de la SPG. Les bonnes conditions d’apprentissage ne sont pas garanties et cela mène à des inégalités entre les élèves scolarisés dans une école neuve et une ancienne.» Et de citer quelques exemples: «Un couloir dans lequel un maître doit placer des seaux lorsqu’il pleut, une salle avec des moisissures parce qu’elle a pris l’eau ou dans laquelle on a retrouvé des crottes de furet, des classes trop petites pour le nombre d’élèves, des températures trop élevées (29°C) ou trop basses (12°C), des stores cassés jamais réparés…» Les doléances sont adressées aux communes; les écoles primaires sont en effet à leur charge, contrairement aux bâtiments du secondaire, sous la responsabilité du Canton.

«Certaines communes prennent leurs responsabilités mais d’autres ne font absolument rien», dénonce Francesca Marchesini. Face à un «manque d’écoute» et de réactivité, la SPG a créé #balancetaclasse. «Nous voulions lancer une action non pas pour fustiger une commune en particulier mais pour faire réagir, sur le ton de l’humour, relève Frédéric Hiltbrand, vice-président du syndicat. Cela permettra aussi de constituer une banque de données pour documenter la problématique.» Francesca Marchesini se dit consciente des pressions auxquelles sont soumises les communes. «Avec le nombre d’élèves qui ne cesse d’augmenter (ndlr: cette rentrée, le primaire compte pas moins 863 élèves en plus), elles doivent trouver des solutions pour les accueillir, construire des écoles. Mais ce n’est pas acceptable que certains enfants travaillent dans des conditions péjorées.»

Les efforts des communes pourraient encore devenir plus importants puisque, dans le cadre de la répartition des tâches entre le Canton et les communes, l’État a évoqué son souhait de transmettre la charge des cycles d’orientation aux municipalités. Or, la problématique de la vétusté touche aussi les bâtiments du secondaire. En 2014, des parents, des maîtres et des élèves avaient mené des actions de protestation. L’Etat avait alors lancé un plan d’action pour optimiser le parc scolaire.

Créé: 11.09.2019, 18h20

Articles en relation

Pour le syndicat des maîtres, «l’école est en train d’exploser»

Éducation Les représentants des enseignants s’inquiètent de la flambée des violences et de l’épuisement des professionnels. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après les frappes iraniennes sur l'Arabie saoudite
Plus...