Passer au contenu principal

L’école genevoise manque de professeurs d’allemand

Pour pallier la pénurie, des étudiants sont engagés. Pas toujours suffisant pour éviter les couacs. Mais le DIP assure que la situation est maîtrisée.

En Suisse romande, les professeurs d’allemand ne courent pas les rues.
En Suisse romande, les professeurs d’allemand ne courent pas les rues.
Keystone

Le professeur d’allemand est devenu une denrée rare. Presque autant que la neige à Noël. Le Département de l’instruction publique (DIP) reconnaît qu’il lui faudrait former deux fois plus de maîtres en allemand – une cinquantaine de plus – pour satisfaire les besoins au Cycle et au secondaire II. En 2012, Genève avait même fait appel à des retraités pour pallier la pénurie.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.