Passer au contenu principal

Ecoconstruction à Genève: sur les parois, la paille!

Le premier immeuble écologique, quasi autonome, est sorti de terre à la rue Soubeyran.

La scène était insolite, mardi, dans les rues genevoises, en pleine effervescence matinale. Des tracteurs chargés de paille cahotaient en direction de la cité Vieusseux. Destination finale des convois, le premier immeuble construit à l’aide de bottes de paille! Rien à voir avec la fable des trois petits cochons, ce bâtiment, érigé par les coopératives Equilibre et La Luciole, est d’une solidité à toute épreuve. «La structure des six étages est en béton et les parois sud et nord en châssis de bois, remplis de bottes de paille et fermés par une couche lisse de terre et de sable», explique Stéphane Fuchs, responsable du projet. «Le bâtiment a été conçu sur deux principes: écologique et participatif», poursuit l’architecte, déjà maître d’œuvre de l’immeuble à très faible impact environnemental de Cressy. Un bâtiment à l’architecture bioclimatique, pionnier à Genève, dans lequel vivent une vingtaine de familles depuis 2011.

Le bâtiment sorti de terre à Soubeyran sur une parcelle de 2600 m2 – 38 appartements du trois au six-pièces – est situé entre Vieusseux et les Franchises. Il bénéficiera d’une autonomie exceptionnelle. «L’isolation par la paille offre des qualités énergétiques inégalables», assure Elsa, du collectif d’architecture participative et écologique CArPE, concepteurs et installateurs des modules de façade. «La dalle de terre et de sable mouillés, coulée sur les caissons de bois, protège l’habitation de la poussière, des insectes et de l’humidité de la paille.» Une couverture régulant aussi la température de façon optimale. «Elle permet de déphaser la chaleur absorbée en journée par la paille et de la diffuser la nuit, poursuit-elle. Sans compter que la chaleur humaine ou celle apportée, par exemple, par les ordinateurs dans les pièces est mieux conservée.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.