Les Eaux-Vives ont hâte que les travaux soient terminés

Ces quartiers chamboulés par l’arrivée du Léman Express 1/4Pour les habitants et les commerçants, la réjouissance principale de la prochaine mise en marche du CEVA est l’arrêt des nuisances causées par les chantiers.

Le chantier de la gare des Eaux-Vives à 12 jours de la mise en marche du CEVA.

Le chantier de la gare des Eaux-Vives à 12 jours de la mise en marche du CEVA. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors, la mise en marche prochaine du Léman Express, cela vous réjouit ou cela vous inquiète? À cette phrase d’approche aussi lourde que le marteau-piqueur de l’ouvrier s’affairant près de la nouvelle gare des Eaux-Vives, passants, habitants et commerçants fournissent d’emblée la même réponse: enfin l’arrêt des travaux! Pourtant, un contremaître à l’oeuvre explique que la fin des chantiers alentour ne correspondra pas à la mise en marche du CEVA le 15 décembre. «Nous, ouvriers, sommes engagés jusqu’au 19 décembre. Après, cela dépend du temps. S’il pleut beaucoup, certaines étapes ne pourront pas avancer à la vitesse prévue.» Sans compter les imprévus, comme «les racines de cet arbre qui dépassent du niveau de la chaussée».

«Au bord de la faillite»

Le patron d’un restaurant situé en face de la gare nous raconte le «calvaire» de ces deux ans de travaux: «On est au bord de la faillite.» Et de fustiger le blocage des routes, limitant l’accès de son établissement aux voitures mais aussi aux piétons. «Sans les ouvriers du chantier qui viennent parfois à midi, on mettait la clé sous la porte, comme tant d’autres commerçants. Il n’y a plus personne qui passe par là.»

«On est engagé jusqu’au 19 décembre. Mais s’il pleut beaucoup, certaines étapes prendront du retard» Un contremaître du chantier du CEVA aux Eaux-Vives.

Tandis qu’il raconte des «services du soir à zéro couvert» et le licenciement de deux membres de l’équipe pour raisons budgétaires, on l’interroge sur l’avenir. Quelque 50 000 personnes circuleront prochainement tous les jours dans le quartier, juste devant ses portes. De quoi se refaire une clientèle? «Il y aura deux nouvelles brasseries dans la gare, en plus de la Migros. Je ne me fais pas trop d’illusions sur la concurrence.» Oui, mais entre un sandwich sous plastique et des frites allumettes sur la terrasse de son restaurant en attendant la prochaine rame, le choix des pendulaires peut pencher pour lui, une fois les beaux jours revenus, non? «La terrasse, parlons-en! On nous avait promis qu’elle serait doublée, mais ils nous ont collé un bloc de contrôle électrique sur le trottoir ainsi qu’un arbre, qui bloquent toute possibilité d’y installer des tables et des chaises.»

Dans la même avenue, le magasin de vélos électriques EasyCycle se montre plus enthousiaste. S’il se souvient des mois de pertes sèches lorsque la route de Chêne était bloquée à la circulation, Joseph, gérant de la boutique, se réjouit de l’arrivée d’une nouvelle clientèle potentielle par le train. Lui-même frontalier, il fait les trajets depuis Annecy tous les matins et a hâte d’utiliser le train qui desservira pile son lieu de travail. «J’ai regardé le prix de l’abonnement à l’année; 2200 euros par an, ça a l’air cher comme ça, mais si je compare au prix de l’essence, à l’usure de ma voiture, au besoin de trouver une place de parc, à l’attention sur la route – je pars à 7h, j’en ai pour une heure et demie le matin, une heure et quart le soir – les risques de contravention pour excès de vitesse, etc., j’y gagne clairement.»

Ambiance de gare bizarre

Sur le trottoir, Anna de Chabaneix, habitante du quartier depuis trois ans, se félicite de l’arrivée des commerces de la gare: «Pour la logistique, ce sera super d’avoir des supérettes ouvertes le dimanche en bas de chez nous», témoigne cette mère de famille professionnellement active. Prenant souvent l’avion, la Genevoise se réjouit également de la connexion rapide Eaux-Vives-Cornavin, d’où elle prendra facilement le train pour l’aéroport. En revanche, elle espère que «l’ambiance du quartier» ne ressemblera pas à celle, «un peu bizarre», qui flotte parfois dans les gares.

Plus loin, Gennaro, un retraité sicilien, est content de la fin du «chaos sur la route de Chêne. Je suis antivoitures. J’ai un abonnement de bus. Alors pour aller à la gare, je vais clairement prendre le train.»

Créé: 03.12.2019, 06h32

Urbanisation: les étapes après le 15 décembre

La mise en marche du Léman Express le 15 décembre ne transformera pas d’un coup de baguette magique la gare des Eaux-Vives en paisible nouveau quartier exempt de travaux, embaumant le vivre-ensemble et la peinture fraîche. Si les travaux de réaménagement en lien avec le chantier du CEVA finiront au plus tôt le 19 décembre, il faudra encore compter avec des années de travaux à l’intérieur de la gare, notamment pour les espaces dédiés aux prochains commerces. Migros, par exemple, ouvrira une enseigne Migrolino le 14 décembre mais n’en compte pas moins occuper 1000 m2 en 2023 (voir nos éditions d’hier). D’autres espaces sont encore à louer auprès de CFF Immo.

Le Département des constructions et de l'aménagement de la Ville de Genève indique l’échéancier de ses chantiers. Au printemps 2020, il inaugurera les espaces publics autour de la gare. La Nouvelle Comédie, dont le déménagement est prévu du boulevard des Philosophes aux Eaux-Vives en mai prochain, accueillera le public lors de son premier spectacle à la rentrée de septembre 2020.

Au printemps-été 2021, après un an de répit, commencera la deuxième partie début des nouvelles constructions de la Ville. Un chantier conséquent derrière la gare, à savoir la construction de 340 logements environ, des crèches, un «espace à vocation socio-culturelle» et des équipements sportifs, soit une piscine, une salle omnisports et un mur d’escalade.

À l’horizon 2024, le chantier devra être terminé.

Ce n’est qu’au début de 2025 que le nouveau quartier des Eaux-Vives sortira finalement de terre, avec la fin du chantier d’aménagement des espaces publics ainsi que l’achèvement du dernier tracé de la Voie verte dans le secteur de la gare. MAR.G.

Articles en relation

Les commerçants font irruption dans et autour des gares du futur Léman Express

Consommation Migros se taille la part du lion. La Coop est en embuscade. Tous rêvent de séduire cette clientèle urbaine. Plus...

Tout savoir sur le Léman Express

Mobilité Relier les deux rives du bassin genevois? On en parle depuis 150 ans, la Suisse et la France l'ont fait. Le nouveau réseau prend du service le 15 décembre. Voici l'essentiel de ce qu'il faut en savoir avant d'embarquer. Plus...

«La grève est une réalité française avec laquelle il faut vivre»

Léman Express Avec un planning serré et des menaces de conflit social, Mario Werren orchestre la mise en service du réseau transfrontalier. Entretien. Plus...

Une forêt s'installe sur le plateau de Champel

Aménagement La plantation de 135 arbres a commencé autour de la gare CEVA. Le chantier s’achèvera en avril. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...