Passer au contenu principal

EàG boude l'alliance du PS et des Verts

Le regroupement de la gauche de la gauche a décidé de partir seul au combat au second tour. Les partenaires appellent néanmoins à «faire barrage à la droite».

Jocelyne Haller, candidate d'Ensemble à Gauche pour le deuxième tour de l'élection au Conseil d'État, ne fera pas liste commune avec les Socialistes et les Verts.
Jocelyne Haller, candidate d'Ensemble à Gauche pour le deuxième tour de l'élection au Conseil d'État, ne fera pas liste commune avec les Socialistes et les Verts.
Pierre Abensur (archives)

C'est un coup de théâtre. La gauche ne part pas sur une liste unique pour le deuxième tour de l'élection au Conseil d’État. Ensemble à Gauche vient de déposer au Service des votations la candidature de Jocelyne Haller, mais le regroupement de SolidaritéS, du PdT et du DAL en reste là. Comme en 2013, il refuse de faire liste commune avec le Parti socialiste et les Verts, limitant le potentiel électoral des candidats désignés.

Naturellement les électeurs ne sont pas prisonniers des consignes de leurs partis, reste que la dynamique se grippe à gauche, dont certaines composantes espéraient gagner un siège supplémentaire au Conseil d’État le 6 mai prochain. À l'inverse, lundi, l'Entente soudait les rangs en ne mettant pas en cause, officiellement tout au moins, la candidature de son candidat le plus fragile, Luc Barthassat.

Sur quel point a capoté l'unité à gauche? Dans un communiqué, les trois partis expliquent qu'EàG souhaitait «une campagne forte sur la défense d’un taux d’imposition des bénéfices des entreprises (PF17) fiscalement neutre à 16% minimum». Mais leurs partenaires n'ont pas voulu se lier les mains sur un taux précis. «Nous avons donc décidé de conserver notre autonomie», souligne le député Pierre Vanek. Cet échec n'empêche pas les signataires de terminer leur communiqué en appelant à faire «ensemble barrage à la droite au Conseil d’État». Par ailleurs, les trois partis «s’engagent résolument à soutenir l’initiative zér0 pertes! co-lancée par l’Alternative et les syndicats».

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.