Duo prévenu de tentative d’assassinat au couteau à Genève

ArrestationsLes détenus, qui n’en sont pas à leur coup d’essai, seront entendus en mai. Une des victimes a été poignardée une dizaine de fois.

Le lieu du drame, à proximité de la rue Jean-Gutenberg, non loin de la rue Voltaire.

Le lieu du drame, à proximité de la rue Jean-Gutenberg, non loin de la rue Voltaire. Image: LUCIEN FORTUNATI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La justice genevoise enquête avec minutie sur une série d’agressions de rue survenues au centre-ville. Selon nos renseignements, deux Marocains se retrouvent désormais sous les verrous, prévenus notamment de tentative d’assassinat et de brigandages.

Les deux détenus, défendus par Mes Giovanni Curcio et Imad Fattal, sont en effet suspectés d’un crime particulièrement sordide qui a eu lieu à la fin de l’année dernière à la hauteur du numéro 5 de la rue Benjamin-Franklin, à proximité de la rue Jean-Gutenberg, dans le quartier des Délices. Au lendemain des faits, alors que les suspects n’avaient pas encore été appréhendés, nous relations la mésaventure de la victime, âgée de 37 ans.

Grâce aux derniers éléments de l’enquête et à la reconstitution qui a eu lieu à la fin de 2018, on comprend que le plaignant a eu de la chance dans son malheur. Selon le rapport médical, il a reçu une dizaine de coups de couteau, dont plusieurs portés au ventre. Malgré sa soirée fort arrosée, il doit sa survie à sa clairvoyance. Avant son agression, il avait en effet aperçu un véhicule des pompiers en intervention non loin de la rue de Lyon. Une vision qui lui sauvera la vie.

«T’as du feu?»

Peu après, il est abordé par les malfrats par ces mots: «T’as du feu?» Une astuce classique pour dépouiller une victime avinée. Robuste, le trentenaire tente de résister avant de se faire poignarder. Il ne sent pas les premiers coups de couteau, comme le confirme son avocat, Me Michael Anders: «Mon client s’est défendu et ça ne leur a pas plu.»

Après l’attaque, le malheureux marche, sanguinolent, jusqu’à la rue de Lyon, qu’il redescend à pied avant de s’effondrer à l’angle de la rue de la Servette où il retrouve les pompiers aperçus un peu plus tôt. Les ambulanciers lui prodiguent les premiers soins et demandent du renfort.

Vers 4 h du matin, le Service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR) arrive à son tour, ainsi qu’une deuxième ambulance. Le pouls de la victime est difficilement perceptible. Cette dernière se fait acheminer à l’hôpital, où elle est opérée d’urgence. Pronostic vital engagé, relève alors la police, qui ouvre l’enquête.

Interpellés aux Vernets

Rapidement, les inspecteurs commencent à «tirer le fil de la pelote». Ils constatent que quelques heures avant l’agression des Délices, un passant a également été poignardé à la rue de l’Encyclopédie avant de se faire voler son porte-monnaie et son portable. Les blessures sont heureusement moins graves que celles de l’autre victime. Mais les enquêteurs suspectent aujourd’hui le même duo d’avoir commis ce brigandage à l’arme blanche.

Comment ont-ils pu retrouver la trace des suspects? Par hasard… Ces derniers ont été arrêtés dans le quartier des Vernets, quelques jours après le drame des Délices. Ils venaient de dérober un téléphone portable à un passant. La victime, qui avait un second téléphone sur elle, a immédiatement alerté les forces de l’ordre, qui ont pu «serrer» le duo.

Au fur et à mesure de l’enquête, et en contrôlant notamment l’ADN des prévenus, les policiers en sont venus à leur reprocher également des cambriolages. Selon nos renseignements, les deux hommes, l’un âgé d’une vingtaine d’années, l’autre d’une trentaine d’années, étaient connus des forces de l’ordre pour des cambriolages, des vols et des brigandages. L’un d’eux occupe les policiers depuis dix ans.

Charges alourdies

À noter que l’an dernier, les prévenus, qui étaient notamment poursuivis pour tentative de meurtre, ont vu l’infraction reprochée requalifiée par le Parquet. Ils sont désormais prévenus de tentative d’assassinat. Les charges ont donc été alourdies. La prochaine audience chez le procureur est agendée au début du mois de mai. Le magistrat a mandaté une expertise pour comprendre leur degré de responsabilité au moment des faits ainsi que le risque de récidive. Quelles en sont les conclusions récemment rendues? Mystère.

Créé: 16.04.2019, 07h01

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève se prépare à affronter le coronavirus
Plus...