Avec «Mesure», ils accordent streetwear et musique

Nouvelle vague Jeremy Troilo et Simon Annen développent une ligne de vêtements aux influences hip-hop. Ils produisent des clips musicaux pour promouvoir leur marque.

Jeremy Troilo et Simon Annen, 20 ans, ont lancé la marque Jerasim il y a cinq ans.

Jeremy Troilo et Simon Annen, 20 ans, ont lancé la marque Jerasim il y a cinq ans. Image: STEEVE IUNCKER-GOMEZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis quelques mois, Jeremy Troilo et Simon Annen ne se contentent plus de créer des vêtements pour leur marque Jerasim: ils se sont désormais mués en producteurs de clips musicaux. Baptisé «Mesure», leur projet vise à promouvoir autant leur griffe que des artistes de la région. «C’est un concept qui nous permet de nous occuper d’un clip de A à Z, des costumes au choix des figurants, en passant par tous les aspects visuels qui les entourent», explique Simon, 20 ans. Si les deux jeunes produisent, c’est le collectif de cinéastes franco-suisses Les Veilles qui réalise. Une collaboration qui a pour l’heure donné lieu à un clip inédit du rappeur genevois DeWolph.

C’est en 2015 que Jeremy et Simon lancent leur marque de vêtements, alors qu’ils n’ont que 15 ans. «Nous nous sommes rencontrés au collège et Simon a tout de suite été intéressé par ma façon de dessiner», explique Jeremy. Les deux jeunes créent leurs premiers tee-shirts et les écoulent rapidement de main à main. «Nous étions alors les premiers ados sur Genève à confectionner des habits, cela a créé un certain engouement», se rappelle Simon.

Leurs collections d’inspiration streetwear et hip-hop sont désormais vendues par internet et lors d’événements pop-up. Ils sont conçus de manière unisexe: gilets, maillots à manches longues ou encore pulls à capuche. Les vêtements sont destinés à un public jeune et de niche. «Nos pièces ne sont pas destinées à être portées par tout le monde», admet Jeremy.

Le parti pris de Jerasim consiste par ailleurs à produire un nombre de pièces limité, allant de 25 à 50 exemplaires maximum par collection, ce qui leur permet de rester dans leurs frais. De fait, le stock est presque toujours écoulé, et ce même pour «les pièces à plus haute prise de risque». La dernière en date: un gilet de menuisier revu et corrigé, cousu à la main, qui témoigne de l’envie des deux designers de pousser leur démarche d’expérimentation toujours plus loin.

Aujourd’hui, tous deux en année passerelle pour rejoindre la Haute École d’art et de design, Jeremy et Simon imaginent aussi d’ajouter d’autres volets à leur activité, comme la customisation de vélos ou la création de meubles.

Sur internet
//www.instagram.com/jerasim

Créé: 04.02.2020, 09h00

Où les rencontrer

La Lunetterie des Rois «Pour leurs créations artisanales et leurs montures vintage sélectionnées avec goût.»

105 Voisins «Un espace de coworking et d’événements dans un ancien bâtiment industriel. Mention spéciale pour le rooftop et pour sa proximité avec le Motel Campo.»

Monte Bianco «Une épicerie-restaurant italienne avec des sandwichs aux produits frais et à petit prix.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...