En Ville de Genève, la droite invente le budget «last minute»

Chronique politiqueDes élus PLR, MCG et UDC ont refusé de débattre de la question du budget 2015 au Conseil municipal de la Ville.

Image d'archives

Image d'archives Image: Frank Mentha

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Vaut-il la peine de conserver la Commission des finances du Conseil municipal de la Ville de Genève? Provocatrice, la question se pose au moins concernant son travail sur le budget 2015. Des commissaires représentant une coalition PLR/MCG/UDC (potentiellement renforcée par le PDC) ont en effet refusé de débattre dans le cadre de la commission d’un élément majeur du budget: leurs propres propositions de coupes. C’est donc lors du débat budgétaire en plénière – qui aura lieu demain – que les autres partis, le Conseil administratif et les citoyens pourront découvrir sur quelles cibles cette droite élargie entend lancer ses missiles. Il arrive bien entendu que des amendements soient présentés en dernière minute, mais cette manière d’esquiver totalement la confrontation en commission est inédite.

Pour expliquer leur tactique, plusieurs conseillers municipaux rappellent la mauvaise expérience vécue l’année dernière avec le budget 2014. Les formations de droite et le MCG avaient effectivement été malmenés un mois durant après avoir imposé en Commission des finances une coupe de 20 millions de francs qui aurait notamment fait disparaître les Unités d’action communautaire.

L’autre raison invoquée par ces élus est l’inutilité de modifier le projet de budget à ce stade puisque c’est de toute façon la proposition du Conseil administratif qui servira de base de travail en séance plénière. On qualifiera l’argument d’assez déconcertant. S’ils avaient voulu décrédibiliser leur propre travail en commission, ces conseillers municipaux n’auraient pas trouvé mieux.

Le refus d’aller au combat politique dans la période précédant le débat budgétaire est également plutôt inquiétant. Cela dénote en effet d’une conception du fonctionnement démocratique assez singulière. Une conception dans laquelle la contradiction semble avoir assez peu de place.

Mais le plus important n’est pas là. Ce qui est réellement dommageable, c’est que ce mode de faire empêche tout examen approfondi des conséquences des amendements qui seront présentés au dernier moment. Le Conseil municipal est invité à se prononcer sur des coupes à l’aveugle. Qui en pâtirait et dans quelle mesure, peu importe! La Ville de Genève aurait son budget last minute, composé sur un bout de table un soir de pleine lune. Prometteur.

Créé: 11.12.2014, 18h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Pour ou contre l'écornage des vaches?
Plus...