Le documentaire «Demain» aura sa déclinaison genevoise

DurableUne campagne de financement participatif a été lancée mercredi soir. Objectif: réunir 45 000 francs en 45 jours.

L'équipe du film, de gauche à droite: Gwendolyn Cano, Gaspard Grosjean, Elisabete Fernandes, Grégory Chollet.

L'équipe du film, de gauche à droite: Gwendolyn Cano, Gaspard Grosjean, Elisabete Fernandes, Grégory Chollet. Image: DEMAIN GENEVE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Demain», le documentaire français de Cyril Dion et Mélanie Laurent qui sillonnait la planète pour présenter des solutions durables aux problèmes du développement, aura une déclinaison locale. C’est du moins ce que se sont promis une équipe de quatre jeunes gens, qui ont lancé mercredi soir une campagne de financement participatif dans une salle communale de Plainpalais archi pleine. L’association Demain Genève, qui organisait l’événement, avait arrêté les inscriptions à 900, faute de place.

Elisabete Fernandes, Grégory Chollet (réalisateurs), Gwendolyn Cano (journaliste) et Gaspard Grosjean (son) ne sont pas seuls pour produire ce long-métrage. Le projet de documentaire est porté par l’association Demain Genève, créée en septembre 2016. Cette dernière regroupe les principaux animateurs de l’économie sociale à Genève, et des acteurs du développement durable, qu’ils soient déjà constitués en réseau ou non. Leur point commun: le visionnement de «Demain» semble les avoir comme électrifiés, projetés dans un état d’excitation féconde.

Des initiatives dans l’économie sociale, «il y en a des milliers à Genève», a lancé mercredi soir Christophe Dunand, membre de l’association et CEO de Réalise, entreprise d’insertion. «Mais cette diversité est un frein pour leur visibilité», a-t-il ajouté. Le film en projet doit agir comme un projecteur.

Le budget du documentaire est de 220 000 francs. Il est en partie déjà couvert. La campagne lancée hier sur la plateforme We Make It vise à récolter 45 000 francs, en 45 jours. Sa sortie, si l’aventure tourne bien, est fixée à l’automne 2017. Questions à sa co-réalisatrice, Elisabete Fernandes.

«Demain» a fait le tour du monde pour identifier des initiatives intéressantes. Réussirez-vous à faire aussi bien dans un territoire comme Genève?

Je l’espère! «Demain» présentait certes des situations passionnantes, mais auxquelles il est impossible de participer. Nous voulons nous intéresser aux porteurs de projets qui se passent chez nous, à Genève. Ce sont eux qui dégagent une belle énergie, et qui rendra notre documentaire intéressant.

Comment échapper au côté lénifiant que peuvent avoir les recueils de bonnes nouvelles et d’intentions louables?

En adoptant un ton qui n’est pas celui de la glorification des actions que nous présentons. Il faut partir de l’exposition des problèmes avant de s’intéresser aux gens qui proposent des solutions.

Pourquoi avoir choisi une campagne de financement participatif, plutôt qu’une production classique?

Nous voulons réaliser un film sur Genève, pour les Genevois, notamment ceux qui participent au changement vers une société durable. Pour les intéresser, nous leurs proposons donc de prendre part au documentaire, de le porter avec nous.

Créé: 01.02.2017, 22h22

Articles en relation

Le documentaire «Demain» inspire un élu onésien

Insolite Un PLR a mis en garde qu’il ne faut pas reproduire tout ce qu’on voit dans les films. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Berne: les poussins ne seront plus broyés mais gazés
Plus...