Dnata, une firme émirienne controversée à l’aéroport

CointrinLa société citée en lien avec l’affaire Maudet est régulièrement décriée en interne pour ses conditions de travail. Portrait.

Du tri des bagages à l’entretien des avions par grand froid, les activités des entreprises d’assistance au sol sont multiples.

Du tri des bagages à l’entretien des avions par grand froid, les activités des entreprises d’assistance au sol sont multiples. Image: MAGALI GIRARDIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La pression s’accroît sur la société Dnata et Cointrin. Des administrateurs de Genève Aéroport ont demandé que le mandat accordé à celle-ci soit remis au concours et que le sujet soit traité lors d’une séance du conseil d’administration qui a eu lieu ce mardi. Ils soupçonnent un lien de nature illicite entre le voyage de Pierre Maudet à Abu Dhabi et le renouvellement de la concession de l’entreprise d’assistance au sol. Leur demande a été repoussée, a appris la «Tribune de Genève».

Au début de l’été, le Syndicat des services publics (SSP) avait lui aussi demandé sa révocation. Par la suite, des administrateurs ont sollicité la cour des comptes, l’organe de contrôle de l’administration, afin qu'elle enquête sur cet octroi controversé.

Cachés dans les uniformes

Dnata. Ce nom circule un peu partout à Genève depuis que la RTS a, en mai, fait le lien – sans le prouver et rien n’est démontré à ce jour – entre le voyage du ministre de l’Économie à Abu Dhabi et le renouvellement de la concession de l’entreprise d’assistance au sol par Genève Aéroport.

Le groupe évolue dans l’ombre des grandes compagnies, les seules qui sont mises en avant dans le secteur du transport aérien. Dnata se spécialise dans la gestion des bagages. Ses salariés connaissent par cœur les Charlatte (le nom de la marque la plus réputée de tracteurs pour chariots à bagages), positionnent des engins GPU (qui rechargent les batteries des avions) et autres push back (tractage des avions).

Ces salariés, on les trouve aussi aux portes d’embarquement et à l’enregistrement, cachés dans les uniformes des compagnies, au sein des nettoyeurs, au fret. Parmi les clients du groupe à Genève, on peut citer British Airways, Iberia, Ethiopian Airlines, Alitalia et Air France.

Sur le front du fret, Dnata est depuis peu leader au bout du lac, selon nos informations. Devant Swissport, son éternel grand frère à Cointrin. Au cœur du transport des marchandises.

Avec les Émirats arabes unis (EAU) par exemple, le gros des échanges se fait par avion et porte sur des bijoux et de la joaillerie, selon les Douanes. En valeur, le canton est le premier exportateur de Suisse vers les EAU et le deuxième côté importations (derrière le Tessin et ses raffineries d’or qui font venir énormément de pièces destinées à être fondues). Dnata joue un rôle d’autant plus central sur ces échanges qu’elle compte parmi ses clients les compagnies du Golfe et que la bijouterie destinée aux autres cantons transite en général par Cointrin et Kloten, les deux aéroports où s’activent ses 1100 employés en Suisse.

Chronologie troublante

Ce rôle clé exacerbe les soupçons, jusqu’au conseil d’administration de Genève Aéroport, d’autant plus que la chronologie est troublante.

À la fin de novembre 2015, Pierre Maudet, alors ministre de tutelle de Genève Aéroport et membre de son conseil d’administration (son ex-président même), serre la main à Mohammed bin Zayed en marge d’un voyage qu’il présente comme familial, à Abu Dhabi.

Le prince héritier de l’émirat est aussi celui qui porterait la culotte au sommet de l’Abu Dhabi Investment Authority. Ce fonds souverain, un des plus gros au monde, détiendrait une partie des actifs de l’Investment Corporation of Dubai, le fonds dubaïote qui possède Dnata. Une condition, selon des observateurs, du sauvetage de Dubaï par Abu Dhabi il y a une décennie, quand le premier sombrait dans une crise immobilière sans précédent.

Retour à notre chronologie. Une semaine après son voyage dans les EAU, Pierre Maudet annonce au conseil d’administration de Genève Aéroport son intention de quitter cette instance. Le magistrat propose que le Département de la sécurité et de l’économie soit représenté par un observateur sans droit de vote.

Proposition acceptée: Patrick Baud-Lavigne, son directeur de cabinet, assiste à sa première séance le 23 mars 2016, soit le jour même de l’attribution par Cointrin de ses concessions pour l’assistance au sol, à Swissport et Dnata. Le traditionnel petit frère du handling est tout juste sélectionné, avec quelques miettes d’avance sur le troisième candidat (il y en avait sept en tout), une société zurichoise qui promettait des conditions de travail meilleures que celles qui prévalent chez Dnata.

Grèves à répétition

Dnata, méconnue, traîne quand même une réputation: celle de proposer des conditions moins bonnes que Swissport.

Les premiers signes de mécontentement remontent à septembre 1999. L’équipe n’a alors pas le même visage, loin de là. Jet Aviation Handling, qui sera ensuite rachetée par Dnata, est en effet la division d’assistance au sol d’une entreprise bâloise spécialisée dans l’aviation d’affaires.

Une division obligée de dégager du bénéfice si elle entend survivre. Un lilliputien dans le monde du handling, comparativement à son concurrent à Cointrin, Swissport, déjà leader mondial. Pour régater, ses employés doivent accepter des conditions moins bonnes que celles dont jouissent les salariés de Swissport, qu’ils côtoient chaque jour. Le centre de tri des bagages de l’aéroport est utilisé par les deux compagnies en même temps.

La signature d’un gros contrat avec British Airways n’y fait rien: plus de cent employés font grève. Ils demandent une convention collective de travail (CCT) et de meilleurs salaires.

Rebelote en mars 2006: les syndicats dénoncent une surcharge de travail aux heures de pointe, des contrats précaires, un mépris de la hiérarchie vis-à-vis du personnel et un risque élevé d’accident au travail. «Nous sommes contraints d’avoir recours à la grève», lance Rémy Pagani, alors secrétaire du SSP. L’arrivée des compagnies bon marché, comme Easyjet, diminue déjà les marges dans l’aviation. Ce n’est pourtant que le début.

Succès et déboires

À la fin de 2007, le groupe suisse est racheté par Dnata. Un journaliste de «L’Hebdo» trouve que ce nom inconnu sonne tchèque. En réalité, c’est l’acronyme de Dubai National Airport Travel Agency. Les chefs paternalistes sont remplacés par des managers killers à Zurich, les low cost essaiment, le nombre de passagers augmente, tout comme la pression. Mais de garde-fous, il n’y en a pas. Nouvelle grève en 2010.

En 2013, le contrat de Dnata avec British Airways est revu à la baisse, de près d’un tiers. La société ne compte guère plus de 20% du marché du handling à Cointrin et perd de l’argent. Elle est reprise en main à Genève par un homme qui peut se prévaloir de bons résultats dans la division cargo de l’entreprise, Guillaume Crozier.

Un succès financier – le groupe serait désormais à nouveau dans les chiffres noirs – mais une catastrophe humaine, selon de nombreux employés (lire ci-contre). Le 14 juin, trois semaines après l’article de la RTS remettant en cause les conditions du renouvellement de l’octroi de la concession, une note interne sur l’intranet de Dnata annonce que Guillaume Crozier est transféré à Dubaï. Promotion? Sanction? Les rumeurs vont bon train au sein de l’entreprise.

Selon Genève Aéroport, l’Office fédéral de l’aviation civile et la direction de Dnata, l’octroi de la concession à cette dernière s’est déroulé de façon licite. Dnata, qui n’a pas souhaité commenter davantage, devrait donc continuer de proposer ses services aux côtés de Swissport jusqu’en 2023. À moins d’un gros rebondissement. (TDG)

Créé: 18.09.2018, 17h22

«Le bétail est mieux traité»

Turbulences chez Dnata. Dans une lettre ouverte adressée à la fin de juillet au directeur du groupe à Genève, Guillaume Crozier, sur l’intranet de l’entreprise – et supprimée une quarantaine de minutes après sa publication – un employé estime que
«le bétail est mieux traité (ndlr: que les salariés) avant d’être mis en barquette». Une copie du courrier a été envoyée à André Schneider, directeur de Genève Aéroport. Son auteur a été licencié depuis.

L’été dernier, un autre salarié a démissionné de son rôle de représentant de la commission du personnel du service du tri des bagages face aux «abus du pouvoir et au manque de compétence des superviseurs». Un troisième a porté son cas devant les tribunaux. Une bonne vingtaine de salariés sont membres d’un groupe sur WhatsApp qui vise à lancer une pétition et à dénoncer leurs conditions de travail à l’Office cantonal de l’inspection et des relations du travail.

«Les conditions de travail n’ont jamais été optimales chez Dnata, mais c’était quand même mieux avant», selon un employé. «Nous sommes au degré zéro de la communication avec la direction de Dnata, il n’y a plus de CCT depuis le 1er janvier», regrette Jamshid Pouranpir, secrétaire syndical chez SSP.

«Nous avons une culture d’entreprise qui se veut ouverte et à l’écoute», répond Guillaume Crozier. «Nous sommes là pour améliorer les conditions de travail, on a beaucoup investi dans des nouveaux locaux et des nouveaux équipements», dit-il avant d’ajouter que «s’il n’y a pas de CCT, c’est parce que les syndicats ont refusé un projet visant à l’étendre». R.ET.

Articles en relation

Émirats: Maudet a effacé ses e-mails à Longchamp

Voyage controversé De nouvelles zones d’ombre surgissent à la lecture du procès-verbal de l’audition du président Pierre Maudet menée en juin par la Commission de contrôle de gestion. Plus...

Eric Stauffer livre une partie des dessous de l'affaire Maudet

Genève Le Matin Dimanche Depuis le Valais, où il s’est installé après son retrait de la vie politique genevoise, l’ancien patron du MCG prend fait et cause pour le magistrat et dévoile les coulisses du voyage à Abu Dhabi. Plus...

Affaire Maudet: révocation d’un contrat à l’aéroport réclamée

Polémique La procédure d’octroi d’un mandat à une entreprise émiratie comportait des failles, affirme un candidat écarté. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...