Passer au contenu principal

Dissocier le Léman Express? Prématuré, selon les CFF

Sans exclure le scénario d’une scission en dernier recours, la direction romande de l’opérateur appelle à persévérer.

«Le Léman Express est conçu comme un réseau transfrontalier, c’est ce qui fait sa complexité mais aussi son utilité », a déclaré son directeur Mario Werren.
«Le Léman Express est conçu comme un réseau transfrontalier, c’est ce qui fait sa complexité mais aussi son utilité », a déclaré son directeur Mario Werren.
Lucien Fortunati

Tout n’a pas encore été tenté pour remédier aux difficultés initiales que rencontre le Léman Express. Tel est le crédo des CFF, l’un des opérateurs qui assurent ce nouveau service transfrontalier avec la SNCF, alors que des voix issues des métiers ferroviaires appellent à une trêve.

Dans notre édition de jeudi, des représentants des cheminots décrivaient les écueils actuels et doutaient de la possibilité d’y remédier à court terme afin d’assurer un service convenable au public. La clientèle se plaint de trains trop souvent supprimés, retardés ou abrégés, des phénomènes qui se sont aggravés depuis que le réseau s’est véritablement déployé à l’échelle transfrontalière, mi-janvier, après que le mouvement de grève en France s’est apaisé. Ces interlocuteurs du milieu ferroviaire, sous couvert d’anonymat, plaidaient pour que l’on dissocie à nouveau, même de façon temporaire, les réseaux suisses et haut-savoyards à la hauteur d’Annemasse, le temps que les troupes de chaque opérateur prennent en main leurs nouveaux trains, s’y accoutument et aplanissent les écueils rencontrés.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.