Discret bagueur de chouettes

RencontrePatrick Albrecht arpente les forêts et les vergers genevois pour inspecter les nichoirs à chouettes.

Patrick Albrecht

Patrick Albrecht Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Si vous êtes amateur de balades en campagne, vous aurez peut-être déjà croisé Patrick Albrecht au détour d’un sentier. Muni de son échelle extensible, il arpente régulièrement les forêts et les vergers genevois, le regard fixé sur le haut des arbres. Son but: inspecter et réparer les nichoirs à chouettes installés de part et d’autre du canton. «Il faut vérifier qu’ils ne soient pas abîmés et que les bébés aient bien quitté le nid, glisse-t-il. Et puis j’en profite également pour faire un peu de ménage.» En d’autres termes, il retire pêle-mêle des pelotes régurgitées, des excréments ou des restes de proies rescapées d’un festin. Un hobby que ce Lancéen effectue depuis plus de vingt ans.

Attablé au Café Julienne, le quadragénaire nous raconte timidement sa passion, étonné de notre intérêt. Pourtant, Patrick Albrecht ne se contente pas d’offrir des foyers temporaires aux rapaces nocturnes une fois l’automne venu. Il leur rend également visite au printemps afin de baguer les bébés fraîchement sortis de leur œuf. «C’est la cerise sur le gâteau. Le moment ou l’on peut enfin voir si le travail effectué a porté ses fruits. Cette année, nous avons recensé quatre-vingt-cinq territoires de Chevêches d’Athéna (le nouveau nom scientifique donné aux chouettes Chevêches). C’est la première fois que nous en avons autant», murmure-t-il, ravi.

Gypaète et chouette hulotte

Animateur socioculturel à la maison onésienne, ce quadragénaire dédie environ deux cents heures par année aux rapaces. «C’est avant tout une passion. J’ai besoin d’être en contact avec la nature et j’aime tous les animaux, mais les oiseaux sont ceux que l’on peut aider le plus facilement. Et puis il y a un côté magique dans leurs apparitions soudaines.»

Initié à l’observation des volatiles dès son plus jeune âge par son grand-père, c’est surtout à la suite d’une visite au Zoo La Garenne que le jeune homme se découvre une passion pour l’ornithologie. «J’avais trouvé une plume de Gypaète au sol, ça a été l’élément déclencheur.» Alors âgé de 12 ans, il se plonge dans les ouvrages spécialisés et se lance dans de longues balades d’observation.

Aux abords du barrage de Verbois, il rencontre d’autres jeunes passionnés issus de la société Nos Oiseaux et s’engage à leurs côtés. A partir de là, il n’aura de cesse de s’impliquer dans la sauvegarde de ces animaux. Il devient volontaire au Centre ornithologique romand, participe en tant qu’accompagnant aux sorties d’observations et aux camps organisés par l’association Pro Natura et s’engage aux côtés de Jean-Charles Döbeli et de Christian Meisser dans leur combat pour sauver la Chevêche d’Athéna.

Les risques du métier

En 1996, il devient un des deux bagueurs officiel de Chevêches d’Athéna du canton, aux côtés de Christian Meisser. Huit ans plus tard, il obtient le permis pour les chouettes hulottes et va même jusqu’au Jura pour baguer les chouettes de Tengmalm. Enfin, lorsqu’il lui reste du temps, ce passionné participe aux recensements mis en place pour l’élaboration des Atlas suisses et genevois des oiseaux nicheurs.

Après toutes ces années au contact des rapaces, Patrick Albrecht ne se lasse pas de les observer, même s’il avoue que son activité comporte certains désagréments… «On va dire que baguer les bébés peut comporter quelques risques. Il m’est arrivé de me faire attaquer par une maman Hulotte que je n’avais pas entendu arriver en raison de son vol furtif. Je m’en suis sorti avec de belles balafres sur la nuque, l’épaule et l’oreille», glisse-t-il sereinement.

Heureusement, il n’a tiré aucune rancune de cette mauvaise expérience. Si ce n’est la conviction qu’il est plus judicieux de visiter les nichoirs au milieu de la journée, lorsque les rapaces sont moins actifs et plus endormis. (TDG)

Créé: 16.10.2016, 18h19

Bio express

1970 Naissance à Genève.

1991 Maturité au Collège de Saussure.

1992 Il rejoint le groupe Nos Oiseaux.

1992-1995 Bénévole au Centre ornithologique de réadaptation.

1993 Il commence à baguer les Chevêches d’Athéna.

1997 Diplôme d’éducateur à l’IES.

1997-2003 Educateur au foyer des Ormeaux.

Depuis 2003 Animateur au service Jeunesse et action communautaire de la Ville d’Onex.


2004 Obtient le permis pour baguer les chouettes hulottes.

2015 Mariage.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse-UE: Toujours pas d'accord-cadre
Plus...