Passer au contenu principal

Genève coule «L'Arche de Noé» de Benjamin Britten

La Direction de l'enseignement obligatoire a considéré que le fait que des enfants doivent participer activement à l’œuvre violait la Constitution.

Arie van Beek, directeur de l'Orchestre de Chambre de Genève, à l'origine de la proposition.
Arie van Beek, directeur de l'Orchestre de Chambre de Genève, à l'origine de la proposition.
Pascal Frautschi (Archives)

Le projet de faire chanter en français par des écoliers de 5 à 7 ans L'Arche de Noé de Benjamin Britten a coulé corps et âme, parce qu'une note interne et donc secrète de la Direction de l’enseignement obligatoire (DGO) de Genève a considéré que cette participation violerait le principe de laïcité ancré dans la nouvelle Constitution genevoise.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.