Didier Burkhalter en croisière avec des enfants soldats

Genève internationale Le maire de la Ville a accueilli le conseiller fédéral après le tournage d’un documentaire sur le lac.

Didier Burkhalter est accueilli par le maire après le tournage de «Loin des armes».

Didier Burkhalter est accueilli par le maire après le tournage de «Loin des armes». Image: Didier Burkhalter est accueilli par le maire après le tournage de «Loin des armes». STEEVE IUNCKER-GOMEZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est une croisière un peu particulière qui a terminé sa course hier à Genève. Dans l’ambiance estivale de cette fin d’été, point de touristes à la descente du bateau en provenance de Lausanne. Mais une grande tente blanche sur la rotonde du Mont-Blanc pour permettre au maire de la Ville, Guillaume Barazzone, d’accueillir Didier Burkhalter. Le conseiller fédéral en charge du Département des affaires étrangères était sur le lac avec une classe d’élèves vaudois, quelques experts et surtout d’anciens enfants soldats, dans le cadre du tournage d’un documentaire prévu pour février et visant à mettre en lumière les perspectives d’avenir de ces jeunes dont l’enfance a été volée par la guerre. «Si la croisière des enfants soldats fait aujourd’hui escale à Genève, ce n’est pas un hasard, relève le maire lors de la petite cérémonie organisée pour l’occasion. Notre cité porte en elle depuis le début du XIXe siècle une vocation humanitaire qui la caractérise toujours aujourd’hui.»

«Il est possible d’agir»

Didier Burkhalter, invité par la maison de production vaudoise à intervenir dans le film en raison de son engagement sur ces thématiques, souligne que «le temps le plus précieux est celui de l’enfance. Pourtant, il y a des endroits dans le monde où les enfants n’y ont pas droit. Il faut être très modeste face à ces drames, mais il est possible d’agir.» Qu’a-t-il retenu des témoignages entendus sur le tournage, parfois via Skype? «Même lorsque l’enfance est arrachée de la manière la plus brutale, cela n’empêche pas la petite flamme de l’espoir de subsister.»

Ibrahim Koroma, aide-infirmier de 33 ans et installé en Suisse depuis douze ans, en est la preuve. A 13 ans, il a été enlevé dans un village en Sierra Leone par le groupe rebelle RUF, avant de parvenir à s’enfuir pour l’Europe à l’âge de 18 ans. «Je suis enfant unique. Ma mère était tout pour moi. Du jour au lendemain, j’ai été arraché à elle et je me suis retrouvé avec une kalachnikov dans les mains.» En Suisse, il lui a fallu des années «pour apprendre à vivre» avec son passé. «Aujourd’hui, je n’en veux à personne. Je vis avec cela, j’arrive à le gérer. C’est ce qui compte.»

Retour dans la société

L’ambition du documentaire Loin des armes. L’espoir d’un enfant soldat est de montrer les solutions qui sont offertes à ces enfants de s’en sortir. «Nous avons cherché à savoir ce qu’ils font lorsqu’ils sont démobilisés et de quelle manière ils sont réintégrés dans la société», explique Anne Lakhdar, de la maison de productions Teenergy, spécialisée dans les films documentaires pour les 15-25 ans.

Marie de la Soudière, qui travaille sur le terrain avec ces jeunes enrôlés dans les conflits, explique que si de nombreux anciens combattants parviennent à retrouver une vie normale, c’est à une seule condition: «Il faut que le milieu dans lequel l’enfant retourne l’accepte et soit prêt à l’aimer. La plus grande souffrance, après coup, c’est d’être rejeté.»

(TDG)

Créé: 23.08.2016, 20h39

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...