Passer au contenu principal

Diane Farah, pilote de ligne à 24 ans

La frontalière dompte des Airbus, pour Easyjet, depuis ce printemps. Un oiseau rare dans le milieu.

«Depuis le ciel, l’approche vers Genève est des plus belles», souffle Diane Farah.
«Depuis le ciel, l’approche vers Genève est des plus belles», souffle Diane Farah.
LAURENT GUIRAUD

Elle a la passion rayonnante. Qu’elle parle d’une approche vers l’aéroport d’Ajaccio, avec la Méditerranée en toile de fond, du Mont-Blanc, qu’elle survole régulièrement au crépuscule, du DR400 Robin, le petit aéronef de ses débuts. Ou qu’elle évoque ce fameux jour, alors âgée de 14 ans, où elle a pu visiter un cockpit à son retour de vacances. «Quand je suis sortie de cet avion, je savais que je voulais devenir pilote», indique-t-elle aujourd’hui.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.