Deux ex-conseillers de la Fondation Interpol de Genève aux prises avec la justice

JusticeLe financier Naqvi a été condamné aux Émirats. Et Carole Ghosn a prié Macron d’évoquer le cas de son mari.

Carole Ghosn a prié Emmanuel Macron d’évoquer avec Shinzo Abe, premier ministre du Japon, le cas de son mari.

Carole Ghosn a prié Emmanuel Macron d’évoquer avec Shinzo Abe, premier ministre du Japon, le cas de son mari. Image: Issei Kato

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux ex-membres du conseil de la Fondation Interpol, basée à Genève, sont toujours dans les filets de la justice. Embourbé dans la faillite du fonds Abraaj, le financier pakistanais Arif Naqvi a récemment été condamné par contumace à trois ans de prison pour malversations dont a été victime la compagnie aérienne à bas coûts Air Arabia. Cette décision a été prise par une cour de Sharjah, l’un des sept émirats formant les Emirats arabes unis (EAU). Arif Naqvi était un des administrateurs du transporteur et, rapporte l’agence Bloomberg, il doit expliquer pourquoi Air Arabia a prêté plus de 300 millions de dollars (environ 300 millions de francs) à la société Abraaj. Ce fonds situé aux îles Caïman a pesé jusqu’à 14 milliards de dollars. Jusqu’à sa déconfiture, Abraaj était l’une des entités les plus en vue de Dubaï. Mais une enquête notamment menée par Bill Gates, un de ses anciens actionnaires, a conduit à l’arrestation d’Arif Naqvi. Le Pakistanais, qui clame son innocence, doit désormais porter un bracelet électronique. Il est également poursuivi aux États-Unis.

Arif Naqvi a quitté le conseil de la fondation Interpol en décembre 2018. Deux mois plus tard, c’est le patron de Renault Carlos Ghosn qui a été prié de renoncer à sa charge. Arrêté à Tokyo en novembre 2018, Carlos Ghosn est accusé de fraude fiscale et détournement de fonds par la justice japonaise. Actuellement assigné à résidence au Japon, il cherche à alléger sa situation. Son épouse Carole a prié le président Macron d’évoquer avec le premier ministre japonais Shinzo Abe le «traitement injuste» que subit son mari. Les deux hommes politiques doivent se rencontrer à Biarritz, dans le cadre du G7.

Créée en 2013 à Genève, la «Fondation Interpol pour un monde plus sûr» est présidée par l’homme d’affaires et ancien ministre libanais de la défense Elias Murr. Son conseil est garni d’éminentes personnalités telles que le prince Albert de Monaco ou le cheikh Mansoor bin Zayed bin Sultan Al-Nahyan, demi-frère du président des EAU. Ces deux cas ont-ils conduit la fondation genevoise à revoir ses règles en matière de gouvernance? Sollicitée, cette entité n’a pas retourné nos appels dans les délais impartis.

Rappelons que, en 2017, les EAU ont versé 50 millions d’euros (environ 57,5 millions de francs) sur cinq ans à Interpol. Cette entité lui en est reconnaissante: lors de la dernière assemblée générale annuelle, qui s’est déroulée en novembre 2018 à Dubaï, les émirats sont parvenus à placer un des leurs au sein du comité exécutif de l’organisation de police en la personne d’Ahmed Nasser Al-Raisi. Cet ancien dirigeant de la police d’Abu Dhabi est actuellement inspecteur général du Ministère de l’intérieur des EAU.

Créé: 25.08.2019, 14h00

Dossiers

Articles en relation

La Fondation Interpol fait le ménage

Police internationale Editorial Deux de ses conseillers, dont le patron de Renault, Carlos Ghosn, ont quitté son instance suprême. Plus...

Une discrète fondation genevoise finance Interpol

Lutte contre la criminalité Editorial Cette entité peut compter sur de puissants membres. Un cheikh des Émirats, le prince Albert de Monaco, le patron de Renault et l’un des fils de la famille Dassault. Plus...

Carlos Ghosn restera-t-il dans la Fondation Interpol?

Fondations genevoises Editorial Les responsables du conseil de cette entité genevoise financée par les Emirats arabes unis attendent de recevoir des informations plus détaillées sur la situation de l’un de ses huit membres. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...