Deux heures de cavale pour un détenu de Favra

SécuritéUn homme s'est échappé du centre de détention administrative mardi à 15h30. Il a été retrouvé par la police.

L'établissement de détention administrative de Favra à Puplinge.

L'établissement de détention administrative de Favra à Puplinge. Image: Christian Bonzon

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un homme parvenu à s'évader de la l'établissement de détention administrative de Favra, mardi à 15h30, a été retrouvé par la police moins de deux heures après son évasion, a appris la «Tribune de Genève».

Porte-parole de l'office cantonal de la détention, Laurent Forestier confirme l'information. «Durant la promenade, il est parvenu à escalader le grillage et à s'enfuir. L'alarme a été déclenchée et la police l'a rapidement retrouvé», indique-t-il sans communiquer de détail sur l'auteur de la fuite avortée.

Centre de détention administrative, Favra est situé à proximité de la prison de Champ-Dollon et accueille des individus en infraction à la Loi sur les étrangers en vue de leur renvoi. L'an dernier, alors que trois hommes étaient parvenus à se faire la belle, Laurent Forestier avait annoncé «des mesures prises au niveau matériel et organisationnel sitôt que des dysfonctionnements ont été observés». Mais ces solutions n'étaient alors que provisoires. «L’infrastructure de Favra est vieillissante et n’est plus aux normes», avait-il rappelé.

Le centre de détention devait laisser place à la prison des Dardelles, consacrée à l’exécution de peine; un projet désormais contesté au Grand Conseil.

Créé: 13.08.2019, 16h48

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.