Passer au contenu principal

Le destin de l'éléphant d'Afrique se joue à Genève

La prochaine Conférence des Parties à la CITES (CoP18), qui se déroulera à Genève du 16 au 28 août 2019 doit décider de durcir ou pas la législation de protection de cet animal menacé. La Fondation Weber demande l'interdiction totale du commerce de l'ivoire.

Un majestueux éléphant près d'un point d'eau en Namibie.
Un majestueux éléphant près d'un point d'eau en Namibie.
Screen Grab

Françoise Weber, président de la fondation Weber donne l'alerte dans un communiqué sur le risque d'un affaiblissement de la protection des éléphants qui pourrait se jouer lors de la prochaine Conférence des Parties à la CITES (CoP18), qui se déroulera à Genève du 16 au 28 août 2019.

Certains États d’Afrique australe, veulent en effet libéraliser le commerce de l’ivoire, tandis qu’une majorité des pays de l’aire de répartition, organisés en une Coalition pour l’éléphant d’Afrique (CEA), veut l’interdiction absolue de ce commerce, estimant qu’il s’agit de la seule manière efficace de préserver l’espèce. «Le destin des éléphants va donc se décider cet été à Genève», commente la Fondation Weber dans un communiqué.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.