Passer au contenu principal

Des députés veulent limiter l’éclairage nocturne

Une motion déposée au Grand Conseil propose de réduire la pollution lumineuse et d’établir des couloirs de nuit.

La motion propose de moduler l'éclairage nocturne dans certains lieux.
La motion propose de moduler l'éclairage nocturne dans certains lieux.
Laurent Guiraud

Pour lutter contre la pollution lumineuse tout en réalisant des économies d’énergie, des députés veulent éteindre ou diminuer l’éclairage nocturne dans certains endroits. Une motion vient d’être déposée au Grand Conseil pour demander que des tests d’extinction de l’éclairage public soient réalisés et que le Canton établisse une cartographie des couloirs de nuit pour la faune.

«On éclaire quoi, quand et pourquoi? Il faut se poser la question», estime Christina Meissner, l’auteure de cette motion largement soutenue par le PDC, les Verts et le PS. Alors que l’éclairage public a été multiplié par deux en trente ans dans le Grand Genève, la députée indépendante souligne que cela a un impact sur la santé publique. «Même de faibles intensités lumineuses maintiennent notre cerveau en alerte, ce qui perturbe notre cycle de sommeil. L’ampleur du problème est sous-estimée.»

Par ailleurs, Christina Meissner rappelle que l’éclairage nocturne dérange les insectes (en particulier les insectes pollinisateurs) ainsi que la faune, en créant des obstacles pour certains animaux. D’où la nécessité, juge-t-elle, d’assurer, à l’instar des corridors biologiques, des couloirs de circulation nocturnes exempts de tout éclairage artificiel. «J’ai été frappée, lors d’une promenade nocturne dans les bois de Versoix pour observer les cerfs, d’apercevoir l’énorme enseigne lumineuse de l’observatoire de Sauverny, confie Christina Meissner. C’est complètement ridicule, il n’y a aucune raison d’éclairer ainsi ce bâtiment au milieu de la forêt, alors que les cerfs font leur retour dans ces bois. C’est d’autant plus ridicule que les astronomes ont justement besoin d’une obscurité totale pour pouvoir observer les étoiles.»

L’élue se réjouit que certaines communes dans l’espace du Grand Genève se soient penchées sur la question, à l’instar de Bernex ou d’Annemasse, mais pour elle, il faut agir à une échelle plus large: «Certains aspects, comme celui des couloirs de nuit, ne peuvent pas être gérés au niveau des communes, c’est le Canton qui doit s’en préoccuper.» La motion est à l’ordre du jour de la prochaine session du Grand Conseil, au début de novembre.

En parallèle à cette démarche, la Commune de Collonges-sous-Salève, en Haute-Savoie, éteindra son éclairage public ce vendredi soir. Une manifestation organisée en partenariat avec la Société Astronomique de Genève permettra d’observer le ciel sans pollution lumineuse.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.