Passer au contenu principal

Les députés disent non au démantèlement de la «Tribune»

Le Grand Conseil demande au Conseil d’État d’intervenir. François Longchamp évoque des négociations en cours avec Tamedia.

Déposé par le PDC Guy Mettan suite à l’annonce par le groupe Tamedia d’une importante restructuration, le texte demande au gouvernement d’intervenir auprès de la direction du groupe zurichois en vue de garantir le maintien de l’autonomie rédactionnelle intégrale du quotidien.
Déposé par le PDC Guy Mettan suite à l’annonce par le groupe Tamedia d’une importante restructuration, le texte demande au gouvernement d’intervenir auprès de la direction du groupe zurichois en vue de garantir le maintien de l’autonomie rédactionnelle intégrale du quotidien.
DR

Le parlement est inquiet pour la survie de la presse locale. Il a adopté vendredi à la quasi-unanimité (77 oui, 1 non et 3 abstentions) une motion invitant le Conseil d’État à agir «afin d’éviter le démantèlement de la Tribune de Genève».

Déposé par le PDC Guy Mettan suite à l’annonce par le groupe Tamedia d’une importante restructuration, le texte demande au gouvernement d’intervenir auprès de la direction du groupe zurichois en vue de garantir le maintien de l’autonomie rédactionnelle intégrale du quotidien.

«L’objectif est de donner un signal fort car nous pensons que cette réforme n’est pas inéluctable, a commenté Jocelyne Haller (Ensemble à Gauche), rapporteuse de la Commission de l’économie. C’est le choix du type de fonctionnement de Tamedia qui la rend nécessaire. Car le groupe fait en réalité chaque année d’importants bénéfices.»

Transferts à Lausanne

La restructuration en question touchera en fait également, dès le début de l’année prochaine, 24 heures et Le Matin Dimanche. Les trois titres verront leurs rubriques Monde, Suisse, Économie et Sport transférées dans une nouvelle rédaction basée à Lausanne. L’entité, placée sous la responsabilité d’une nouvelle direction, fournira du contenu aux trois journaux. Tamedia prévoit également à court terme de centraliser tous les services liés à l’édition.

«Le groupe PLR comprend qu’il puisse y avoir des restructurations dans des entreprises, a nuancé Georges Vuillod. Mais il souhaite aussi que ce journal puisse continuer à refléter ce qui se passe à Genève et dans ses environs.»

Très critique envers la couverture politique de la Tribune, qui négligerait sa formation, le MCG François Baertschi appuie néanmoins la motion: «Car le journalisme est une profession sinistrée et que le quotidien est le dernier journal genevois généraliste.»

Ce qui est regrettable pour Pierre Vanek (EàG): «Il n’y a malheureusement plus de presse plurielle. Il reste du boulot pour que la libre formation de l’opinion publique puisse être une réalité.»

Vaud et Genève ensemble

En conclusion du débat, François Longchamp a exhorté les députés «à soutenir avec vigueur cette motion». Avouant mal comprendre la nécessité d’économies dans un groupe aussi florissant, le président du Conseil d’État a annoncé la tenue de discussions avec sa direction.

«Nous avons besoin de votre unanimité pour nous renforcer dans cette négociation avec Tamedia, a-t-il terminé. Et je précise que nous y sommes présents avec nos homologues vaudois car 24 heures affronte les mêmes difficultés.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.