Le député Vert Pierre Eckert n’ira pas non plus à Berne

PolitiqueLe candidat au Conseil national aurait décroché sa place aux Chambres fédérales en cas d’élection de sa collègue Lisa Mazzone au Conseil des États. Il préfère rester à Genève.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après Jocelyne Haller et Jean Burgemeister (Ensemble à Gauche, rubrique SolidaritéS), c'est au tour d'un troisième Genevois de ne pas souhaiter siéger au Conseil national: Pierre Eckert. Le député en a informé le comité de son parti lundi soir. Celui qui est aussi chef de groupe au Grand Conseil aurait décroché sa place aux Chambres fédérales en cas d’élection de sa collègue Lisa Mazzone au Conseil des États, ce dimanche.

Pourquoi un siège à la Chambre basse n'est-il pas de nature à l'attirer? Exècre-t-il la spécialité bernoise qu'est le «Mandelbärli»? Le candidat souhaite-il privilégier son engagement à Genève? «Je ne siégerai pas à Berne pour des raisons personnelles», répond l'intéressé. Reste que des électeurs ont bel et bien voté pour lui et pas un autre? «Les gens ont surtout voté pour la liste Verte», rétorque le météorologue de carrière.

Les chiffres lui donnent en partie raison. En récoltant 19 671 suffrages, le candidat compte «seulement» 355 voix de retard sur sa colistière élue Delphine Broggini-Klopfenstein et 384 suffrages d’avance sur sa colistière Isabelle Pasquier. C’est cette dernière qui devrait vraisemblablement reprendre le fauteuil qu’il abandonne au Conseil national.

Il n'y a pas de malversation chez les Verts

Alors que le refus de siéger de la part de Jocelyne Haller avait fait grand bruit, suscitant l’ire de certains électeurs, celui de Pierre Eckert ne semble pas perturber le président des Verts genevois. «Je ne suis pas choqué parce que je sais que notre candidat souhaitait siéger à Berne, assure Nicolas Walder. Il n’y a pas de malversation de la part de notre parti. Les électeurs peuvent aussi comprendre que les priorités évoluent parfois pendant une élection.» Et de conclure: «Je rappelle qu’il n’a pas été porté en «tête de liste», et que la grande majorité des voix qu’il a recueillies proviennent des Verts.»

Ce refus de siège n’est pas dénué de conséquences pour le Grand Conseil cette fois-ci. Le député suppléant Yves de Matteis l’intégrera définitivement. La jeune Dilara Oztürk ferait irruption au parlement genevois comme députée suppléante. Pour rappel, cette dernière avait obtenu le même nombre de voix aux élections cantonales d’avril 2018 qu’une figure connue de la politique genevoise, la maire d’Onex, Ruth Bänziger. Le tirage au sort l’avait alors écartée du Législatif.

Créé: 08.11.2019, 11h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hong Kong: un pays, deux systèmes
Plus...