Dépistage gratuit du Sida: le PS genevois insiste

PréventionL’Exécutif cantonal doute de l’utilité de cette mesure. Les socialistes passent la vitesse supérieure

Une campagne de sensibilisation en 2013.

Une campagne de sensibilisation en 2013. Image: Cardoso (Archives)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Entre 15 et 20% des personnes séropositives ignorent qu’elles sont porteuses du virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Ainsi, à elles seules, elles seraient responsables de 80% des cas de transmission. «Il faut faire quelque chose», insiste le député socialiste Romain de Sainte Marie. Sa solution? Genève doit offrir la gratuité des tests de dépistage VIH au sein des Hôpitaux universitaires (HUG) et des entités subventionnées concernées. L’élu dépose ce mardi un projet de loi dans ce sens.

200 000 francs par an

Le député PS n’en est pas à sa première tentative pour convaincre le Conseil d’Etat de prendre en charge ces tests, dont le coût est estimé à quelque 200 000 francs par an. En juillet, il avait déjà déposé une motion dans ce sens, qui avait été soutenue par la grande majorité de l’hémicycle (80 oui, 3 non et 6 abstentions). Mais il avait dû essuyer un revers: l’Exécutif avait rendu un rapport négatif, immédiatement rejeté par les députés.

Mauro Poggia, magistrat en charge de la Santé, rappelle les trois points qui avaient conduit le Conseil d’Etat à rejeter cette proposition: le nombre d’infections au VIH diminue à Genève alors que le nombre de dépistages, lui, augmente. Ces dernières années, plus de 5 millions de francs par an ont été attribués à la lutte contre le virus, soit 60% du budget pour la prévention des maladies. Et l’Etat n’a pas prévu d’augmenter les dépenses pour lutter contre le VIH, ce d’autant plus que les personnes fragilisées ont déjà la possibilité d’obtenir un dépistage gratuit (lire ci-contre).

Romain de Sainte Marie rejette ces arguments: «Quand on sait que le coût moyen d’une trithérapie est de 25 000 francs par an, en offrant les dépistages nous faisons des économies.» Et d’ajouter: «D’autant plus que plus les personnes infectées sont traitées rapidement, mieux elles sont soignées.»

Médecin adjointe à l’Unité VIH/sida des HUG, Alexandra Calmy le rejoint sur ce point: «Il est nécessaire de faire des dépistages précoces, et parfois répétés, pour éviter que les gens entrent en situation de soins à un stade tardif de la maladie. En ce sens, moins il y a d’obstacles au dépistage, mieux c’est.»

Se faire dépister de manière anonyme coûte moins de 60 francs dans la plupart des structures genevoises. Le Programme santé migrants offre déjà des tests gratuits aux émigrés ayant peu de ressources financières. Des centres de France proposent aussi la gratuité du dépistage à tous, à l’instar d’autres pays européens. Le coût est-il un obstacle? «Bien malin qui pourra le dire», admet Alexandra Calmy.

Des tests gratuits: efficace?

Certains remettent en question l’utilité de la gratuité des dépistages. Pour le directeur du Groupe sida Genève, David Perrot, «la gratuité du test est un élément de lutte contre le VIH. Mais pour nous, l’important est également le travail de proximité avec ces publics qui ne sont pas toujours bien informés, explique-t-il. Il ne faudrait pas que cette subvention pour le dépistage se fasse au détriment d’autres financements dans ce domaine.» Ainsi, son association table surtout sur la prévention et particulièrement celle «des groupes cibles» – les personnes migrantes originaires de pays à haute prévalence du VIH et les hommes ayant des rapports avec des hommes.

«De toute façon, la gratuité n’existe pas, le contribuable paie à travers ses impôts ou ses primes d’assurance maladie, affirme le responsable de la Section prévention et promotion à l’Unité de santé publique de la Confédération. Ce qu’il faut changer, ce sont les comportements, en donnant des conseils et en soutenant les gens.» Il rappelle qu’actuellement aucun canton suisse n’offre la gratuité des dépistages.

Créé: 23.02.2015, 21h39

Articles en relation

Berne accepte de se pencher sur la campagne «Love life»

Sida Le Conseil fédéral est prêt à réétudier les effets sur le développement sexuel des jeunes de cette campagne qui avait suscité la polémique en Suisse. Plus...

Didier Bonny: L'argent, nerf de la bataille finale contre le sida

Les blogs de la Tribune Etendre la taxe d’un euro sur les billets d’avion au-delà des 13 pays, dont la Suisse ne fait hélas pas partie, qui la pratiquent depuis 2006… Plus...

Les contaminations au VIH restent stables en Europe

Epidémie Sur dix ans, les cas de virus du sida ont stagné dans la partie ouest du continent. Dans les anciens pays de l'Union soviétique, le nombre a fortement bondi. Plus...

Love Life: Mauro Poggia proclame son désamour

Prévention contre le SIDA «Il n'est pas nécessaire d'être puritain pour considérer que l'Etat doit savoir concilier avec finesse son devoir d'information et de prévention». Plus...

Où peut-on se faire dépister dans la région et à quel prix?

Chacun peut se faire dépister chez son médecin généraliste, qui est soumis au secret médical. Le test est remboursé par l’assurance maladie.

En plus du dépistage du sida, toutes les adresses ci-dessous proposent des tests d’autres infections sexuellement transmissibles, sur demande.

Consultation VIH des HUG: test anonyme avec ou sans rendez-vous. 55 francs, 25 francs jusqu’à 18 ans.
Centre médical du Léman:
test anonyme sans rendez-vous. 40 francs.
Centre médical de Meyrin
test anonyme sans rendez-vous. 55 francs.
Cité Générations, Onex: test anonyme sans rendez-vous. 20-40 francs, 10-30 francs jusqu’à 18 ans (selon la rapidité des résultats).
Checkpoint Genève (centre médical communautaire pour les hommes): test VIH anonyme sans rendez-vous. 60 francs, 40 francs jusqu’à 26 ans.
Le Programme santé migrants: test gratuit pour les migrants avec peu de ressources financières, sur rendez-vous.
Association Aides, Annemasse: test anonyme et gratuit sans rendez-vous le mardi de 18 h-21 h.
CHAL-CDAG, Contamine-sur-Arve: test anonyme et gratuit sur rendez-vous, mardi de 13 h 40 à 18 h 40, mercredi de 15 h à 17 h 40. L.G.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hong Kong: un pays, deux systèmes
Plus...