Dénouement en vue sur le chantier de BATLab

HUGSuite aux accusations de dumping sur le chantier de l'hôpital, la direction va rencontrer les entreprises impliquées pour tenter de trouver une solution.

Chantier du BATLab le 30 janvier 2014

Chantier du BATLab le 30 janvier 2014

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La direction générale des hôpitaux cantonaux de Genève (HUG) assure qu'elle va assumer ses responsabilités de maître d'ouvrage. Elle rencontrera ce vendredi 31 janvier l'entreprise contractante Lindner.

Lundi 27 janvier, le syndicat Unia avait dénoncé un nouveau cas de dumping salarial, sur le chantier du BATLab des HUG cette fois-ci (Lire notre article du 27 janvier). Il accusait l'entreprise polonaise Blato, sous-traitant de l'allemand Lindner, de ne payer que 8 euros ses employés, alors que le salaire minimum dans la branche s'élève à 25 francs par heure. Quatre employés réclament, depuis, plus de 60'000 francs de créances salariales. Suite à cette révélation, la direction de l'hôpital a entendu mercredi la délégation des ouvriers.

«Nous avons une réunion demain avec Lindner, indique François Taillard, directeur général adjoint des HUG. Nous tâcherons de clarifier les faits, et de situer à quel niveau a été commise la faute.» A priori, le contrat passé entre l'hôpital et l'entreprise allemande ne devrait pas être remis en question.

Unia demande au maître d'ouvrage de sommer Lindner «de régler immédiatement les créances salariales dues par Blato». En cas de refus de l'entreprise, le syndicat attend de l'hôpital qu'il avance la somme réclamée.

Créé: 30.01.2014, 14h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Premier anniversaire des gilets jaunes
Plus...