Ça déménage avec Adil !

JeunevoisChanger sa déco est un plaisir, mais se débarrasser de ses vieux meubles peut se révéler être une vraie corvée. Adil Adam vole à notre secours grâce à sa «brocante pour les flemmards».

Adil Adam.

Adil Adam.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À côté d'un fast-food, une porte et une boîte aux lettres: it's Adil . Je sonne et me voilà face à un grand jeune homme en costume-cravate. C’est Adil Adam, un entrepreneur de 27 ans, qui m'ouvre, tout sourire. Ce jeune entrepreneur propose une solution aux personnes qui n’ont pas le temps de revendre les biens dont ils souhaitent se débarrasser. Adil a ainsi créé un système de «brocante pour les flemmards» sur internet. C’est pendant ses études que l'idée lui est venue, en 2013, alors qu’il est en plein cursus HEC (Hautes Études commerciales). Altruiste dans l’âme, il commence par rendre des services aux personnes de son entourage en les aidant à revendre leurs biens. Sa première vente: un vélo d’appartement. Ensuite, les propositions se sont enchaînées: un grand tapis, une imprimante hors service pour récupérer ses pièces. C’est l’engrenage! Le voilà submergé par les sollicitations. Ni une ni deux, il décide de créer sa société. Non sans une certaine fierté, il me parle de sa camionnette ornée du logo de l'entreprise. L’esprit start-up est au rendez-vous: les locaux sont meublés "récup", des tas de papiers éparpillés voisinent avec du matériel informatique.

«It's a deal»

Son entreprise grossit, traversant diverses expériences et quelques situations cocasses. Suite à la vente de biens d’une cliente, Adil s’est retrouvé menacé d’un procès par l’ancien époux de celle-ci, lui reprochant d'avoir vendu ces biens illégalement. Floué par son ex-femme, ce jeune divorcé a cependant décidé de faire appel à Adil pour vendre le reste de ses biens. Un beau retournement de situation, qui l’amuse. Car il ne manque pas d'humour, comme le nom de son entreprise le laisse deviner. It's Adil, it's a deal. Motivé de nature, avec un petit côté «aventurier des temps modernes», il veut marier l’humain et l’innovation. Très à l’écoute de son équipe composée essentiellement d’amis, il a la fibre sociale et aime les rapports humains. «J’adore les voyages en backpack, rencontrer des personnes, parler aux inconnus.» À peine revenu des Philippines, il planifie déjà son séjour à Cuba. Il est aussi membre de l’AISEC, une association qui promeut les échanges à l’université.

Avec de tels parents, la barre est haute

Adil avoue sans rougir s’inspirer de ses parents, «qui ont regardé le ciel pour l’atteindre» La tournure est un peu bateau, avoue-t-il en riant. Son père, fermier au Soudan, est devenu entrepreneur en Suisse. Sa mère, «une Indienne qui se baladait en Inde», est parvenue à diriger une entreprise de gestion de fortune. Avec de tels parents, la barre est haute. Alors il n'a de cesse de tenter de nouveaux challenges. Loin de sauter sur toutes les opportunités, il donne plutôt l’impression de prendre la vie comme elle se présente; à l’instar de sa start-up, «qui a acquis une certaine notoriété sans l'avoir vraiment cherché».

Créé: 10.12.2018, 18h22

Où le rencontrer ?

Adil a des habitudes surprenantes, il choisit son bar selon sa tenue.

A la REM donc à la rue de l’école de médecine quand il s’habille « un peu plus «jeune» en mode étudiant car ça m’arrive encore d’être dans la mentalité étudiante » et il boit un verre «posé-tamisé avec des potes dans le froid. »

Il se rend au Café du Lys et au Bout d'la rue

Les Eaux-Vives: Quand il est en costume-cravate. Il va chez //yvettedemarseille.ch et aux //www.les-voiles.ch

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hong Kong: un pays, deux systèmes
Plus...