Passer au contenu principal

Vidéo: apprenez à vous servir d'un défibrillateur

Le directeur de Swiss Emergency Responders Sébastien Martin-Achard nous montre les gestes qui sauvent en cas d'arrêt cardiorespiratoire.

L’arrêt cardiaque, ou cardiorespiratoire, un fléau qui guette n’importe lequel d’entre nous et cause plus de 5000 décès par an en Suisse, hors milieu hospitalier. Pour avoir une chance de s’en sortir, c’est la rapidité d’intervention qui compte. Les spécialistes s’accordent à dire que chaque minute qui passe diminue d’environ 10% les chances de survie!

L’usage rapide d’un défibrillateur figure parmi les premières mesures d’aide à la survie, en complément du massage cardiaque manuel, indispensable. Cet appareil permet en effet de redonner au cœur un rythme régulier, en lui administrant une décharge électrique.

Placer les appareils à portée de tous

À ce titre, Meyrin fait œuvre de pionnière. Le 5 février, son Conseil municipal a décidé de se doter d’un dispositif novateur. Les élus ont voté à l’unanimité (29 oui) une résolution qui concerne tout spécialement les défibrillateurs.

Le texte était présenté par Maurice Amato, chef de groupe des Verts. En préambule, il a rappelé que l’arrêt cardiaque est responsable de milliers de décès par an en Suisse. Et que la fibrillation ventriculaire – le cœur ne se contracte plus normalement – en est la cause la plus fréquente (80% des cas environ). Or, l’usage rapide d’un Défibrillateur Externe Automatique (DEA), en complément du massage cardiaque, peut sauver des vies. Mais pour pouvoir engager ces appareils, il faut d’une part savoir où ils se trouvent, et d’autre part comment les utiliser (même si une notice figure sur chaque DEA).

Selon l’élu écologiste, il y aurait une petite centaine de défibrillateurs à Meyrin, dont treize installés à l’intérieur de divers locaux communaux (piscines, salles de gymnastique, centres sportifs, Forum Meyrin, mairie, etc.). Or, a-t-il rappelé, les bâtiments communaux où se trouvent ces DEA sont fermés durant certaines heures de la journée, voire le week-end. Ces appareils-là sont donc parfois inaccessibles au public.

Une résolution en six points

La résolution visait donc cinq points: déplacer au plus vite les défibrillateurs communaux à l’extérieur des locaux pour en maximiser l’accès, voire en ajouter au besoin; proposer une sensibilisation à toute la population meyrinoise; signaler les défibrillateurs par des panneaux bien visibles; référencer les emplacements de tous ces appareils (y compris les privés) sur le site internet communal ainsi que sur les plans de la Commune; enfin, inclure les entreprises dans la démarche de sensibilisation.

Le texte semblait déjà recueillir un large soutien, mais avant de passer au vote, le chef de groupe démocrate-chrétien Arthur Jimenay a présenté un amendement: organiser une formation en premiers secours pour tous les conseillers municipaux. Sa proposition a elle aussi été acceptée à l’unanimité.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.