Passer au contenu principal

Les défenseurs du Plaza vont au Tribunal fédéral

Les adversaires de la démolition de la salle de cinéma genevoise saisissent le Tribunal fédéral pour tenter de la sauver.

Inauguré en 1952, Le Plaza était le plus grand cinéma genevois. Fermée depuis quinze ans, la salle avait été réalisée par l'architecte genevois Marc-Joseph Saugey.
Inauguré en 1952, Le Plaza était le plus grand cinéma genevois. Fermée depuis quinze ans, la salle avait été réalisée par l'architecte genevois Marc-Joseph Saugey.
Georges Cabrera

Les adversaires de la démolition de la salle de cinéma «Le Plaza», à Genève, saisissent le Tribunal fédéral pour tenter, une dernière fois, d'inverser le cours des choses. Ils estiment que le Conseil d'État genevois a invalidé à tort leur initiative cantonale «Le Plaza ne doit pas mourir».

Dans un communiqué diffusé mercredi, ils considèrent également que le gouvernement a privé le parlement genevois de la possibilité d'adopter une loi de déclaration d'utilité publique de la salle de cinéma, en s'arrogeant l'exclusivité de ce pouvoir de décision dans ce domaine.

L'initiative «Le Plaza ne doit pas mourir» demandait que l'ancienne salle de cinéma soit déclarée d'utilité publique et que l'État procède à une expropriation. Le Conseil d'État avait invalidé ce texte, car il estimait que ces deux compétences étaient de son unique ressort et ne pouvaient pas faire l'objet d'une initiative.

Selon le gouvernement, le Grand Conseil a la charge de faire les lois concernant les expropriations et les déclarations d'utilité publique sur recommandation de l'exécutif. Pour les partisans de la salle de cinéma, ce raisonnement équivaut à un déni de démocratie, car il empêche les citoyens de proposer directement une loi.

11 000 signatures

L'initiative législative cantonale «Le Plaza ne doit pas mourir» avait récolté plus de 11 000 signatures. Son invalidation avait fait l'objet d'un recours auprès de la Chambre constitutionnelle de la Cour de justice. Cette dernière a confirmé récemment la légalité de la décision du gouvernement genevois, reprenant son argumentation.

Les partisans du Plaza fondent désormais leurs derniers espoirs sur une décision du Tribunal fédéral, invoquant, pour appuyer leur démarche, la défense d'un droit démocratique et la défense d'un droit parlementaire. Ils estiment par ailleurs que l'ancienne salle de cinéma est un élément irremplaçable du patrimoine architectural.

Selon eux, cette salle d'un millier de places pourrait être transformée en un outil culturel et répondre à des besoins dans un quartier qui manque de ce type d'infrastructures. Le propriétaire des lieux projette, de son côté, d'y construire un centre commercial.

Inauguré en 1952, Le Plaza était le plus grand cinéma genevois. Fermée depuis quinze ans, la salle avait été réalisée par l'architecte genevois Marc-Joseph Saugey. Elle avait été classée, en 2004, comme étant exemplaire de l'architecture des années 1950, mais le gouvernement était revenu sur cette décision en 2011.

(ATS)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.