Découverte sur le cerveau à l’Université de Genève

ScienceLes chercheurs ont étudié le filtrage des sons. Ils ouvrent la voie à des diagnostics plus précis de la schizophrénie.

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des chercheurs en neurosciences de l’Université de Genève (UNIGE) ont fait une découverte majeure sur la manière dont notre cerveau filtre les sons.

Notre organisme a besoin de s’adapter à son environnement sonore et de se focaliser uniquement sur les éléments importants. Lorsque l’on entend deux sons identiques à la suite, notre cerveau diminue l’attention que l’on porte au second. Alors que l’on pensait jusqu’ici que ce mécanisme de filtrage, appelé porte sensorielle auditive, avait lieu dans le cortex préfrontal, l’équipe de neuroscientifiques a démontré qu’il opère en réalité dans le tronc cérébral. Cela signifie que ce fonctionnement intervient au début du cheminement du traitement du son par le cerveau, et non à la fin comme on le croyait auparavant.

«Cette découverte nous pousse à revoir toute notre compréhension du mécanisme, car elle démontre que l’effet de filtre débute à l’instant même où le cerveau perçoit le son», déclare Charles Quairiaux, chercheur au Département de neurosciences fondamentales de la Faculté de médecine. Les résultats, publiés le 23 août dans la revue «eNeuro», s’appuient sur diverses expériences utilisant entre autres le test P50, souvent utilisé pour diagnostiquer la schizophrénie. Ce test consiste à mesurer l’activité cérébrale lors de l’exposition à deux sons identiques consécutifs. Le mécanisme de filtrage est caractérisé par une activité cérébrale plus faible quand le second son est entendu. L’absence de ce filtre, et donc de cette baisse d’attention, est l’un des symptômes les plus connus de la schizophrénie. Une personne qui en est atteinte risque d’être submergée par les sons, car incapable de les hiérarchiser.

L’étude en tant que telle n’a pas été faite sur des sujets humains mais sur des souris. Les chercheurs leur ont fait passer le test P50, en plaçant des électrodes dans leur système nerveux, tout au long du chemin du traitement du son. C’est par cette méthode qu’ils ont révélé que la porte sensorielle auditive fonctionnait en amont du cheminement.

Cette découverte ne permet pas de déterminer le mécanisme qui explique l’absence de filtre auditif chez les personnes atteintes de schizophrénie. Cependant, elle ouvre la possibilité de meilleurs outils de diagnostic, puisque l’on sait désormais plus précisément dans quelle partie du système nerveux la porte sensorielle auditive fait effet.

De plus, Charles Quairiaux estime que cette précision permettra au secteur de la recherche «de se focaliser au bon endroit». Il s’agit donc d’un important pas en avant dans la compréhension de ce mécanisme de filtrage du son.

Créé: 08.09.2019, 17h15

Articles en relation

Notre cerveau peut-il s'offrir une cure de jouvence?

Science Une découverte de chercheurs de l'Université de Genève sur les cellules souches vient révolutionner le domaine des neurosciences. Plus...

La peur laisse des traces dans notre cerveau

Le Matin Dimanche Cette découverte ouvre la piste à des traitements contre les phobies et les syndromes de stress post-traumatique. Plus...

«J’arrive à leur expliquer leur propre mode d’emploi»

Livre La psychothérapeute Solène Laurenceau décode le cerveau des surdoués dans un nouvel ouvrage. Plus...

Le Blue Brain Project publie le premier atlas numérique du cerveau en 3D

Science Le logiciel permet à chacun de visualiser n'importe quelle aire du cerveau de la souris, cellule par cellule. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après les frappes iraniennes sur l'Arabie saoudite
Plus...