Passer au contenu principal

«Les décisions arbitraires sont inhérentes à la gestion des risques»

Les États se livrent à un exercice d’équilibrisme face au coronavirus. Il faudra s’y faire, dit Claudine Burton-Jeangros, sociologue et experte de la gestion des risques

Claudine Burton-Jeangros, professeure à l’Université de Genève et experte de la gestion des risques.
Claudine Burton-Jeangros, professeure à l’Université de Genève et experte de la gestion des risques.
DR

La crise du coronavirus ne cesse de s’accélérer et les mesures, ici et là, se multiplient pour faire face à une propagation qui s’opère désormais à l’intérieur des frontières nationales. Alors que la gestion du risque sanitaire est bien évidemment une priorité, on s’interroge en même temps sur les effets collatéraux des mesures prises pour lutter contre l’épidémie. Comment maîtriser d’autres risques, ceux d’une anxiété grandissante ou de chaos économique? Nos sociétés modernes, obsédées par le risque zéro, sont-elles bien outillées pour apprendre à vivre avec le virus sans paniquer? Entretien avec Claudine Burton-Jeangros, professeure de sociologie à l’Université de Genève et spécialiste de la gestion des risques, en particulier dans le domaine de la santé.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.