Passer au contenu principal

Déchets de chantier: Avusy perd une manche contre l’État

Un jugement de deuxième instance réhabilite le site de la Sablière du Cannelet. Le dernier mot pourrait revenir au Tribunal fédéral.

Ancien site d’extraction de sable, la Sablière du Cannelet recycle les déchets de chantier.
Ancien site d’extraction de sable, la Sablière du Cannelet recycle les déchets de chantier.
Pierre Abensur

«L’intérêt public au maintien de l’exploitation litigieuse paraît en l’état important.» Les habitants d’Athenaz, à Avusy, ont dû s’étrangler en lisant cette phrase figurant dans un arrêt de la Chambre administrative de la Cour de justice. La décision, rendue à la fin du mois de juin, réhabilite la Sablière du Cannelet, site de recyclage des déchets de chantier, en guerre depuis plus de vingt ans avec les autorités de la commune. «Une bonne nouvelle, pour une fois», réagit Richard Maury, patron de l’entreprise du même nom aux trente-trois camions rouges. «Absurde, une pesée des intérêts viciée, une prime à la malhonnêteté», rétorque Me Bruno Mégevand, avocat de la Commune et ancien maire d’Avusy.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.