Décès du professeur Pierre Lalive d’Epinay

HommageSommité genevoise dans le domaine de l’arbitrage international, il s’est éteint samedi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le professeur Pierre Lalive d’Epinay, lauréat du prestigieux Prix Balzan en 1990, est décédé samedi dans sa 91e année. Licencié en lettres comme en droit, il a été doyen de la Faculté de droit à Genève, professeur à l’Institut universitaire de hautes études internationales, à l’Académie de droit international de La Haye, à Cambridge et à l’Université Columbia notamment.

Me Marc Bonnant qui a été son élève rend hommage à son «exceptionnelle intelligence, la mieux faite de ce Barreau» et à sa grande réputation d’arbitre international. «Un personnage inouï.»

Profondément touchée, l’avocate Teresa Giovannini, associée de son étude, nous parle d’un homme «exceptionnel, une sommité mondiale dans l’arbitrage international et le droit de l’art». Et sur un registre plus personnel, celle qui a travaillé avec lui durant vingt-neuf ans explique que le défunt faisait partie des trois hommes de sa vie: «Mon père, mon mari et Pierre.»

L’avocate se souvient de cette plaidoirie commune à Strasbourg pour un tableau de Van Gogh revendiqué par l’Etat italien. Pierre Lalive d’Epinay avait plaidé brillamment mais sa main tremblait… Il lui dira plus tard: «Teresa, le jour où je ne tremble plus lorsque je plaide, alors je ne plaiderai plus.»

Jeudi encore, alors qu’il se trouvait à l’hôpital, il a discuté avec elle d’un dossier dans le domaine du droit de l’art. Pierre Lalive d’Epinay s’est éteint samedi matin.

(TDG)

Créé: 13.03.2014, 08h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.