Davantage de «Mary Poppins» pour aider les familles

Petite enfanceLe PLR veut doubler le quota de ces assistantes de Pro Juventute pour réduire la pénurie de places de garde.

La députée Nathalie Fontanet est à l'origine de la motion du PLR qui demande de doubler le nombre d'assistantes parentales.

La députée Nathalie Fontanet est à l'origine de la motion du PLR qui demande de doubler le nombre d'assistantes parentales. Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lundi, le Canton a présenté un projet de loi (PL) sur l’accueil préscolaire. Afin de diminuer le manque de places – plus de 3000 – il veut soutenir financièrement les communes pour les encourager à créer de l’accueil. Les députés aussi se saisissent de la problématique: le PLR a déposé une motion demandant le doublement du nombre de «Mary Poppins». Ce dispositif de la fondation Pro Juventute, financé par le Canton à hauteur de 7 millions de francs, propose 170 assistantes parentales qui gardent des enfants à domicile. «Notre volonté est de doubler leur nombre», explique Nathalie Fontanet, députée à l’origine de la motion. Et d’expliquer: «Concilier vie familiale et vie professionnelle est un véritable parcours du combattant pour les familles! «Mary Poppins» est une solution win-win.»

Si la députée mise sur ce mode de garde, c’est parce qu’il présente de nombreux avantages. Il vient en aide aux parents, «avec une prise en charge personnalisée», et revêt un aspect social: ces «Mary Poppins» sont des emplois de solidarité (EdS) qui permettent de former et de réinsérer des personnes en fin de droits de chômage. Et la PLR de préciser: «Ces assistantes parentales ne sont pas des nounous au rabais! Elles reçoivent une formation, reconnue, de 240 heures. Elles sont ensuite suivies par Pro Juventute et bénéficient de formations continues.» Enfin, «ce dispositif peut être rapidement mis en place car il n’a pas besoin d’infrastructures». Le PL du Canton ne rend-il pas cette motion caduque? «En aucun cas! répond Nathalie Fontanet. Il va financer de l’existant, alors que nous proposons la création de 170 places de garde, et ce dans un délai rapide (ndlr: le PL devrait entrer en vigueur en 2019)

Mais pour améliorer l’offre, il faut des moyens. L’élue PLR sait où les trouver: «Le montant affecté au budget 2016 au titre des mesures de marché du travail – utilisées pour former les chômeurs – n’a pas été entièrement dépensé: il reste 12 millions de francs!»

Interrogé sur cette somme, Mauro Poggia, en charge du Département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé, explique: «En 2015, nous avons réorienté notre politique de retour à l’emploi avec les allocations d’initiation au travail, sous-utilisées (ndlr: un soutien financier de l’Etat à l’employeur, durant six mois à douze mois). Celles-ci sont financées par la Confédération, ce qui nous a permis de mettre de l’argent de côté pour de nouvelles mesures. Dont des projets pour les 50 ans et plus, ainsi qu’une allocation premier emploi pour les jeunes.»

Le magistrat pointe une «fausse bonne idée» du PLR: «Pro Juventute forme deux volées par an, deux fois 40 personnes, un chiffre basé sur le taux espéré de retour à l’emploi. Il n’a pas les moyens de former et d’encadrer davantage! Passer de 170 à 340 est inimaginable en garantissant une qualité de prise en charge et de service. Et les EdS ne sont pas des emplois au rabais.» (TDG)

Créé: 18.10.2017, 09h31

Articles en relation

Le Canton va participer au financement des crèches

Petite enfance Il manque plus de 3000 places d'accueil. L'Etat dépose un projet de loi et crée une Fondation pour améliorer l'offre. Les entreprises devraient, à terme, passer à la caisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Arrestations dans l'affaire des cinq femmes tabassées
Plus...