Cyclistes et piétons donnent leurs prix et leurs blâmes

MobilitéPro Vélo et actif-trafiC épinglent les ratages et saluent les réussites de l’année écoulée.

Image: Nicolas Dupraz

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les tenants de la mobilité douce aiguillonnent à nouveau les autorités en distribuant leurs bons et mauvais points. Au rang des réclamations, Pro Vélo et actif-trafiC ont fustigé jeudi une opportunité loupée d’améliorer la vie des cyclistes et font part de l’impatience des piétons sur le pourtour de la rade.

Ces piétons patientent trop avant de pouvoir traverser la chaussée, au goût d’actif-trafiC: jusqu’à 1 minute 40 d’attente après avoir appuyé sur le bouton-poussoir à l’angle de la rue du Léman, aux Pâquis, pour obtenir quinze secondes de temps de passage. «Cela engendre des comportements dangereux, comme des traversées au rouge qui sont en plus néfastes pour la fluidité du trafic», juge Thibault Schneeberger, cosecrétaire. Et d’exhorter, avec ce prix de la Sandale trouée, les autorités à profiter du renouvellement en cours des feux de signalisation obsolètes pour améliorer le sort des piétons. L’État projette justement de réguler par des feux les passages pour piétons des quais des Eaux-Vives. Il souligne que le pourtour de la rade conserve une vocation routière dans la nouvelle loi sur la mobilité, en l’attente d’une alternative par une traversée du lac.

Le prix du Pneu crevé a atterri, lui, à Carouge. Pro Vélo reproche à l’État de ne pas avoir profité de la réfection du revêtement de la route de Saint-Julien à proximité du Rondeau pour doter cet axe d’un aménagement cyclable. «C’est une occasion ratée puisqu’il s’agit d’un chaînon manquant pour les cyclistes qui se dirigent vers le Bachet», critique Violeta Djambazova, chargée de projets. «Le gabarit de la chaussée est très étroit à cet endroit, s’excuse Thierry Messager, de la Direction cantonale des transports. Mais on prévoit de réaliser un itinéraire apaisé en parallèle par le quartier Praille-Acacias-Vernets.» Les militants ont aussi des motifs de réjouissance. Pro Vélo salue la nouvelle piste cyclable de la route de Lausanne, laquelle a impliqué de supprimer 140 places de parking d’après l’État. «C’est du jamais-vu dans le canton», salue Violeta Djambazova en décernant son prix de la Rustine d’or.

Les communes de Carouge et Genève, par le biais de leurs magistrats Nicolas Walder et Rémy Pagani, se partagent le prix du Soulier d’or, pour la piétonnisation du Vieux-Carouge et l’aménagement piétonnier de la rue Chandieu. Pro Vélo a par ailleurs accordé une mention spéciale à l’aménagement cyclable testé depuis l’automne dernier sur le pont du Mont-Blanc, appelant à une pérennisation. Laquelle devrait se matérialiser, à en croire les représentants de la Ville et du Canton. Mais des retouches pourraient encore être décidées avant une annonce officielle qui est attendue au début du mois de mars. Marc Moulin (TDG)

Créé: 08.02.2018, 18h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Assemblée du PLR sur l'affaire Maudet
Plus...