Critical Mass: le cycliste renversé a porté plainte, le chauffard a été auditionné

Genève«Il y a eu des pics de violence des deux côtés», admet le cycliste militant. Il a porté plainte mardi après-midi, mais craint un parti pris des policiers. Ceux-ci auditionnaient le conducteur et son passager au même moment.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Julian* a décidé de déposer une plainte pénale ce mardi après-midi. Vendredi, le conducteur d’une Mini bleue lui a délibérément foncé dessus, lors de la dernière «Critical Mass». Depuis une quinzaine d’années, un cortège de cyclistes se retrouve chaque dernier vendredi du mois au centre de Genève pour renverser momentanément l’équilibre entre vélos et voitures.

«Vendredi, c’était très tendu. C’est la première fois que je voyais une Critical dégénérer à ce point», explique Julian. Le jeune homme de 19 ans participe à la manifestation cycliste depuis 6 ans. «Il y a eu des pics de violence des deux côtés, de la part des voitures comme des cyclistes, poursuit-il. Une édition s’était terminée par une tentative de rouvrir le squat de Grange-Canal (en novembre 2010, ndlr.), mais ce n’était déjà plus une Critical Mass...»

Coup de pied

L’incident avec la Mini bleue est survenu vers 21h30, estime-t-il. Comme on le voit sur une vidéo publiée sur YouTube, la voiture s’est faufilée à contresens sur la place des Vingt-Deux-Cantons pour forcer le passage. «Ce qu’on ne voit pas sur la vidéo, c’est qu’une personne venait de donner un coup de pied dans la voiture, précise Julian. C’est peut-être ce qui a déclenché l’incident. Mais la personne était pieds nus, elle n’a pas causé de dégâts.»

De tels incidents arrivent rarement, selon lui. «Parfois, des gens essaient de forcer, mais la plupart attendent les deux, trois ou quatre minutes maximum qu’on leur demande d’attendre. L’ambiance était particulière vendredi, avec des insultes, et des automobilistes qui hurlaient: "Bougez-vous, bougez-vous!" Le mot d’ordre est de leur expliquer notre action. A la base, il ne devrait pas y avoir de tension. C’est un mouvement pacifiste.»

Les chauffards auditionnés

La police n’a pas attendu le dépôt d’une plainte. «Nous avons eu connaissance de la vidéo ce matin, comme le grand public. Le chauffeur et son passager ont été convoqués et sont auditionnés en ce moment-même dans nos locaux», a précisé Silvain Guillaume-Gentil, porte-parole de la police, ce mardi après-midi.

«Les policiers avaient clairement un parti pris lors de ma déposition», estime cependant Julian. Il craint que l’automobiliste ne soit amendé que pour un franchissement de ligne blanche. «Bien sûr que non, assure le porte-parole de la police. La vidéo montre que la voiture fonce délibérément sur des personnes. On est nettement au-delà de la Loi sur la circulation routière.»

* Identité connue de la rédaction. (TDG)

Créé: 30.09.2014, 16h53