La cuvée de la Vigne des Nations 2018 soigne une organisation internationale

Genève internationaleL'organisation DNDi qui aide à la création de médicaments pour des maladies négligées a été saluée par la République et Canton de Genève lors de la fête des vendanges de Russin.

De gauche à droite, le Dr Bernard Pécoul, Directeur exécutif de DNDi, Serge Dal Busco, vice-président du Conseil d’Etat de la République et canton de Genève, Alain Hutin, maire de Russin et Christian Tièche, président de la Fête des Vendanges.

De gauche à droite, le Dr Bernard Pécoul, Directeur exécutif de DNDi, Serge Dal Busco, vice-président du Conseil d’Etat de la République et canton de Genève, Alain Hutin, maire de Russin et Christian Tièche, président de la Fête des Vendanges.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après avoir reçu le Prix de l’Innovation 2017 de Genève, DNDi (initiative Médicaments contre les Maladies Négligées ou Drugs for Neglected Diseases initiative) a été honoré cette année par la République et canton de Genève, qui lui a dédié la cuvée 2018 de la Vigne des Nations. DNDi est une organisation internationale à but non lucratif basée à Genève pour le développement de nouveaux traitements pour les populations les plus négligées atteintes de maladies telles que la maladie du sommeil, le mycétome, la leishmaniose, la maladie de Chagas, les maladies liées aux vers filaires, le VIH/SIDA pédiatrique et l’hépatite C.

Lors de la traditionnelle réception pour les Internationaux organisée lors de la Fête des Vendanges à Russin, le week-end dernier, le vice-président du Conseiller d'Etat Serge Dal Busco a dédié le millésime 2018 de la vigne appartenant à l’État à cette organisation internationale basée dans le canton, dont les activités contribuent à renforcer la vocation internationale de Genève.

600 000 francs sur trois ans

«Nous sommes extrêmement reconnaissants pour le soutien que le Canton nous apporte depuis quinze ans pour nous aider à développer des médicaments sûrs, efficaces et à des prix abordables pour les populations négligées», a déclaré le Dr. Bernard Pécoul, directeur exécutif de DNDi. «Je voudrais aussi saisir cette opportunité pour remercier le Canton pour la nouvelle subvention accordée à DNDi cette année qui nous permettra de réaliser la première étude clinique au monde sur le mycétome.»

Le mycétome est l’une des maladies les plus fortement négligées. Elle est due à une infection bactérienne ou fongique qui se développe lentement, généralement au niveau du pied, et qui peut s’étendre à d’autres parties du corps et provoquer des invalidités graves, pouvant conduire à des amputations. Elle touche généralement les personnes pauvres vivant dans des zones rurales avec un accès limité aux soins de santé. La subvention du Canton de Genève de 600 000 francs sur trois ans soutiendra une étude clinique en cours au Soudan sur un potentiel nouveau médicament pour traiter le mycétome. Il n’existe actuellement aucun traitement efficace contre le mycétome fongique (eumycétome) et la chirurgie est souvent la seule solution.

Cette organisation reçoit l’appui du Conseil d'État genevois depuis sa fondation, en 2003, au cœur même de la Vieille Ville de Genève, dans la salle de l’Alabama. Grâce à son modèle d’affaire innovant et collaboratif, DNDi est devenu un acteur international incontournable dans la recherche et l’élaboration de médicaments contre les maladies négligées.

Premier traitement contre la maladie du sommeil

Le Canton de Genève a engagé plus de 3 millions de francs pour DNDi depuis sa création en 2003, principalement pour développer de nouveaux médicaments contre la leishmaniose et la maladie du sommeil. Fin 2018, un nouveau médicament a été autorisé pour sa mise sur le marché: le fexinidazole, le premier traitement entièrement oral pour soigner les deux stades de la maladie du sommeil. Ce nouveau traitement vient rejoindre les sept traitements déjà mis à disposition par DNDi, qui sont de nouvelles formulations ou des combinaisons thérapeutiques de médicaments existants.

Basée à Genève, avec des bureaux régionaux au Kenya, en République démocratique du Congo, au Brésil, en Inde, au Japon, en Malaisie, en Afrique du Sud et aux États-Unis, l’organisation mobilise des partenaires dans 50 pays. Plus particulièrement en Suisse, DNDi collabore avec l’Institut tropical et de santé publique suisse (Swiss TPH), le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et, à Genève, avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), Médecins Sans Frontières (MSF), FIND, et Medicines for Malaria Venture (MMV).

Créé: 17.09.2019, 14h41

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...