Un curieux trio raconte les expériences de «sorties de corps» de Nicolas Fraisse

Métaphysique La rencontre de la fondation ISSNOE, consacré au trentenaire médiatisé pour ses capacités à sortir de son corps, a fait salle comble samedi. Immersion.

Sylvie Dethiollaz, la scientifique, Claude Charles Fourrier, le psychothérapeute, et Nicolas Fraisse, l’«expérienceur

Sylvie Dethiollaz, la scientifique, Claude Charles Fourrier, le psychothérapeute, et Nicolas Fraisse, l’«expérienceur". Image: STEEVE IUNCKER-GOMEZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Dernièrement, quand je sortais de mon corps, j’allais systématiquement dans le cosmos.» «Et vous avez rencontré des entités? Des défunts, peut-être?» «J’ai capté des messages, oui. Une philosophie générale prônant la paix, qui se traduisait visuellement par un nuage composé d’une myriade de petites lumières.» Ce dialogue aux frontières du réel s’est tenu samedi après-midi, à l’Académie des arts thérapeutiques de la Servette. Pendant plus de trois heures, un public essentiellement féminin – une douzaine d’hommes sur une jauge limitée à soixante personnes – a posé une foule de questions au curieux trio lui faisant face: la Genevoise Sylvie Dethiollaz, docteure en biologie moléculaire, Claude Charles Fourrier, psychothérapeute, et enfin Nicolas Fraisse, trentenaire lyonnais, médiatisé pour ses capacités présumées à sortir de son corps.

La rencontre était organisée par l’Institut suisse des sciences noétiques (ISSNOE). Cette fondation s’intéresse aux «états modifiés de conscience non ordinaires», et particulièrement aux sorties hors du corps (ou OBE, pour out of body experience), soit l’état dans lequel une personne a l’impression de pouvoir se déplacer hors de son corps, tout en visualisant le monde réel. Facebook live assurait la retransmission Web, de nombreuses personnes n’ayant pu s’inscrire faute de places.

«Des résultats probants»

A en croire l’ouvrage de Sylvie Dethiollaz et Claude Charles Fourrier, paru en 2016, qui lui est consacré, Nicolas Fraisse cumulerait les talents hors normes - visualisation à distance, clairaudience, télépathie, incarnation dans d’autres corps, etc.

«Son cas était très intéressant pour nous, raconte Sylvie Dethiollaz, sa facilité à vivre ces phénomènes nous a permis de les tester scientifiquement.» Elle évoque les tests totalement informatisés et rigoureux sur une recherche d’images à deviner, contenues dans des enveloppes scellées contrôlées par un huissier. «Les résultats ont été très probants», assure la scientifique, qui en réfère à l’ouvrage. En outre, Nicolas Fraisse est aussi considéré comme sain d’esprit: certaines affections psychiatriques, notamment la schizophrénie, altèrent en effet la conscience. Enfin, il ne se drogue pas, ce qui représente une condition préalable aux expérimentations réalisées à ISSNOE. Les chamans qui assurent vivre des sorties de corps en consommant de l’ayahuasca seraient, par exemple, disqualifiés de l’étude genevoise.

Devant une assemblée suspendue à ses lèvres, Nicolas Fraisse raconte ainsi qu’il s’est «retrouvé coincé dans le corps d’un inconnu qui regardait le foot à la TV». Comment il vérifie à distance qu’un dossier est bien arrivé sur le bureau d’un collègue. Ou qu’il a entendu des voix lui souffler les bonnes réponses lors des tests, ou encore comment il capte des messages très précis émis par des patients qui meurent – il est infirmier – et destinés à leurs proches. Une foule d’exemples, extrêmement perturbants, sont consignés dans l’ouvrage des deux chercheurs.

Conscience hors cerveau

«La science n’a pas encore les moyens de répondre à toutes les questions», estime Sylvie Dethiollaz, en mentionnant Patrice Van Eersel, celui qui a fait connaître les expériences de mort imminente (EMI) en France dans son ouvrage La source noire. Son intérêt pour ce sujet la poussera à fonder en 2006 l’association Noêsis, soutenue financièrement par la fondation Odier de psychophysique. Il y a quelques années, les deux entités ont fusionné pour former la Fondation ISSNOE.

«Les recherches sur les OBE vont, j’en suis sûre, complètement bouleverser les neurosciences ces prochaines années, soutient Sylvie Dethiollaz. Nos travaux suggèrent que la conscience est extérieure au cerveau, ce que certains physiciens et même quelques neuroscientifiques commencent à envisager à l’heure actuelle. Je souhaiterais une collaboration entre scientifiques de différentes disciplines, ainsi qu’avec des philosophes et bien sûr des expérienceurs, pour étudier les OBE et de façon plus générale la conscience.»

«Comment fait-on pour apprendre la décorporation?» demande une femme. «Je ne suis pas sûr que ça marchera si le but final est la sortie de corps en elle-même. Moi j’y arrive quand j’y trouve une utilité directe, ou que je m’ennuie», confie encore Nicolas Fraisse, décevant ainsi les trois quarts de l’assemblée.

«Voyage aux confins de la conscience» de Sylvie Dethiollaz et Claude Charles Fourrier, Ed. Guy Trédaniel, 235 p.

(TDG)

Créé: 25.09.2017, 18h55

Articles en relation

Bernard Werber invitera les Genevois à sortir de leur corps

Entretien L’auteur de science-fiction donne une conférence vendredi 23 juin et un atelier d’écriture samedi 24 à Genève. Au menu, spiritualité et paranormal. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Russiagate: y a-il eu collusion entre Trump et Poutine?
Plus...