Passer au contenu principal

Une croqueuse de béton dévore la clinique dentaire

Une machine très puissante importée du Japon démolit l’ancien bâtiment sur le boulevard de la Cluse.

Sur ce chantier, rue Barthélémy MENN, la société de BTP utilise une pelle de démolition équipée d'un bras de 25 m de portée  fabriquée sur mesure. Une première en Europe.
Sur ce chantier, rue Barthélémy MENN, la société de BTP utilise une pelle de démolition équipée d'un bras de 25 m de portée fabriquée sur mesure. Une première en Europe.
Lucien Fortunati
Sur ce chantier, rue Barthélémy MENN, la société de BTP utilise une pelle de démolition équipée d'un bras de 25 m de portée  fabriquée sur mesure. Une première en Europe.
Sur ce chantier, rue Barthélémy MENN, la société de BTP utilise une pelle de démolition équipée d'un bras de 25 m de portée fabriquée sur mesure. Une première en Europe.
Lucien Fortunati
Sur ce chantier, rue Barthélémy MENN, la société de BTP utilise une pelle de démolition équipée d'un bras de 25 m de portée  fabriquée sur mesure. Une première en Europe.
Sur ce chantier, rue Barthélémy MENN, la société de BTP utilise une pelle de démolition équipée d'un bras de 25 m de portée fabriquée sur mesure. Une première en Europe.
Lucien Fortunati
1 / 9

De mâchoire pareille, les dentistes qui ont fréquenté les lieux ne pouvaient en rêver. Elle croque le béton et coupe les fers à béton avec une facilité déconcertante. Elle peut même cisailler des poutres métalliques.

Cette machine est à l’œuvre ces jours au boulevard de la Cluse. Elle a jusqu’à la fin de l’année pour démolir l’ancienne Clinique dentaire, qui a déménagé il y a un an au Centre médical universitaire (CMU). Pour cette opération, l’entreprise Grisoni-Zaugg utilise une pelle tout juste importée du Japon.

Le monstre pèse 55 tonnes et toute sa puissance est mise au service de sa mâchoire exceptionnelle. Elle développe une force de 80 tonnes par cm2 et croque ainsi des dalles de plus de 30 centimètres d’épaisseur.

Des croqueuses de béton, on en voit parfois. «Mais celle-ci est particulière, note Yann Sarreboubée, conducteur de travaux. Les machines existantes sont adaptées à partir de pelles de terrassement. Celle-ci a été conçue spécialement pour démolir. C’est la première en Europe.»

L’entreprise a pu commander du sur-mesure. L’engin dispose d’un bras articulé de 25 mètres pour aller en hauteur; il est équipé de caméras qui offrent de la précision à l’opérateur ainsi que de gicleurs d’eau contre la poussière. Sa taille est aussi réduite, afin de travailler dans les chantiers exigus de la ville.

«Ces machines, à la pointe de la technologie, ont de quoi rendre les métiers du bâtiment attractifs pour les jeunes», relève David Richard, directeur.

Avant de croquer le bâtiment, il a fallu le désamianter et le déshabiller de toutes ses menuiseries, faux plafonds et autres conduites. Puis la structure porteuse est laissée à l’appétit de la croqueuse. Les gravats qu’elle produit sont ensuite triés par un gros aimant afin d’en retirer les éléments métalliques, puis ils sont concassés pour en faire de la grave. Tout est fait sur place.

Le site sera par la suite occupé par la Maison de l’enfant et de l’adolescent, une structure dédiée au traitement des psychopathologies. Un projet qui devrait voir le jour en 2022

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.