Crime des Charmilles: deux autres jeunes mis en cause

Auditions à GenèveLe meurtrier présumé ainsi que deux de ses copains, prévenus d’agression, ont été entendus lundi par le Ministère public.

La police est intervenue très tôt après le drame samedi matin dans ce parking souterrain du centre commercial des Charmilles.

La police est intervenue très tôt après le drame samedi matin dans ce parking souterrain du centre commercial des Charmilles. Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

R., l’homme suspecté d’avoir poignardé un Portugais de 22 ans samedi à l’aube aux Charmilles, a été entendu ce lundi dans les locaux du Ministère public. Tout comme deux copains du suspect qui se retrouvent aussi dans le collimateur de la justice: sous les verrous, ces deux jeunes d’une vingtaine d’années sont, quant à eux, prévenus d’agression.

Dans les grandes lignes, le prévenu, âgé de 18 ans, a expliqué aux enquêteurs qu’il avait trop bu la nuit des faits. Ce qui expliquerait ses trous de mémoire durant son récit. R. a passé la soirée de vendredi dans une boîte de nuit, située dans le quartier des Acacias, avant de se rendre avec les deux prévenus dans le parking souterrain du centre commercial de Planète Charmilles.

C’est dans ce sous-sol que ce trio a croisé, samedi matin, une bande de jeunes, hommes et femmes, qui rentraient d’une discothèque des Rues-Basses. Ces derniers finissaient tranquillement la nuit dans ce lieu à l’abri du vent et du froid. Un des jeunes prévenu d’agression se serait alors énervé en raison des nuisances (bruits, mégots) provoquées par la bande. R., qui aurait voulu s’interposer dans ce conflit, se souvient d’avoir reçu un coup d’un membre de la bande. Mais à quel moment? Mystère. Aurait-il sorti son couteau pour riposter? On peut le supposer, mais R. ne s’en souvient visiblement pas.

Pourquoi était-il armé? L’homme, habitant des Charmilles, a déclaré sortir de temps en temps avec un couteau quand il quitte le quartier. Quoi qu’il en soit, le coup de lame a été fatal pour le jeune Portugais. Samedi en fin de journée, R. s’est livré à la police. Il est désormais prévenu d’homicide. Le Tribunal des mesures de contrainte doit maintenant se pencher sur la durée de la détention provisoire du trio.

Un passé peu glorieux

Présumé innocent, comme ses deux amis, R. est connu de la justice: il est en effet suspecté d’avoir pris part au tabassage en bande de deux hommes en janvier 2017 à Saint-Jean. Lors de cette agression (commise par cinq individus), R. n’avait que 16 ans. La procédure le concernant est en main de la justice des mineurs. En revanche, deux agresseurs majeurs lors des faits comparaîtront en mars devant le Tribunal criminel.

Quant aux victimes, défendues par Mes Laura Santonino et Simon Ntah, elles sont handicapées à vie: «Bien que j’ignore les circonstances du drame, je suis profondément choquée d’apprendre que ce jeune ait fait une nouvelle victime, relève Me Santonino. Cela alors qu’il sait pertinemment qu’il doit encore être jugé pour des faits qui sont déjà d’une extrême gravité. Après sa sortie de détention provisoire, il aurait dû adopter une conduite exemplaire. Son comportement démontre que sa prise de conscience est inexistante, ce qui est particulièrement inquiétant. À mon sens, cet individu, qui est désormais majeur, représente un véritable danger pour la société.»

Que dit l’expertise?

Pour le drame de Saint-Jean, R. et deux autres agresseurs mineurs (au moment des faits) n’ont pas encore été jugés. Mais selon l’enquête du Parquet, c’est R. qui aurait ouvert les hostilités en demandant cette nuit-là une cigarette à une des victimes. Cette dernière, qui lui en avait pourtant gentiment tendu une, a reçu en échange une pluie de coups.

«Immédiatement et sans aucune raison», précise l’acte d’accusation. R. et un autre comparse auraient asséné plusieurs coups de pied, «en insistant lourdement au niveau de la tête, avant de prendre la fuite, en entendant le bruit des sirènes». Le document, qui renvoie en jugement en mars les deux majeurs au moment des faits, précise que R. a fourni une batte de baseball achetée lors d’un voyage d’études en Italie et utilisée pour l’agression.

Arrêtés avec ses comparses l’été 2017, R. et deux mineurs ont passé plusieurs mois en détention provisoire. Sous quelles conditions R. a-t-il été ensuite libéré? Que disait l’expertise sur le risque de récidive? L’enquête abordera ces questions. Enfin, il lui est aussi reproché une autre agression gratuite en bande le 28 décembre 2016 devant le Bâtiment des Forces Motrices. Après les faits de Saint-Jean, mais avant son arrestation en juillet 2017, R. aurait également volé une quinzaine de vélos à Genève.

Créé: 22.01.2019, 06h47

Articles en relation

Une «task force» pour les jeunes en rupture aux Charmilles

Genève Suite au meurtre survenu dans un parking samedi matin, la Ville veut renforcer le dispositif social existant afin de remédier aux problèmes de violence dans le quartier. Plus...

L'auteur présumé du coup mortel sera entendu par la justice lundi

Crime aux Charmilles Le prévenu, habitant le quartier, s’est livré à la police. Les enquêteurs recherchent l’arme. La victime ne vivait pas en ville. Plus...

Des locataires avaient alerté la régie

Meurtre des Charmilles En 2017, une centaine d'habitants de la Promenade de l'Europe ont signé un courrier pour dénoncer des problèmes dans les parkings. Plus...

Tué d’un coup de couteau dans le cœur

Meurtre des Charmilles Le suspect est prévenu d’homicide. Le lieu du drame est régulièrement fréquenté par les jeunes en fin de soirée. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...